Equipe de France: La sélection à la loupe

by Jibé | Posted on jeudi, juin 12th, 2008

Meneurs

Même en l’absence de LA star Tony P., la mène risque d’être sujette à embouteillage. En effet, entre les meneurs purs et les combo-guards, les postulants sont pléthore :

‘ Aymeric Jeanneau : Promu n°1 au mondial 2006 pour pallier la blessure de Parker, le villeurbannais avait plutôt bien supporté son baptême du feu. Etonnamment absent lors du fiasco madrilène (blessure diplomatique ‘), il semble à la hauteur de l’évènement et devrait briguer un rôle de titulaire.

‘ Marc-Antoine Pellin : Révélation 2007, le micro-meneur roannais a passé avec succès le test Euroleague. Ses jambes de folie font de lui l’un des meilleurs défenseurs européens à son poste, pas moins… En outre, « Marco » est un passeur de qualité et progresse chaque jour dans sa gestion du jeu. S’il force sa nature et apporte son écot en attaque (« MAIS SHOOTE !!! »), il pourrait causer quelques soucis à Gomez au moment de choisir son meneur n°1.

‘ Joseph Gomis : 2ème scoreur de Liga ACB en 2008, Jo-Go arrive en sélection en pleine confiance. Pouvant alterner sur les deux postes du backcourt, il a exprimé son désir de retrouver le poste de meneur en EDF. Jo a dans tous les cas beaucoup à se faire pardonner après un Euro totalement raté. A voir…

‘ Yannick Bokolo/ Yohan Sangaré/ Steed Tchicamboud: Ces trois là vont devoir s’arracher pour bousculer la hiérarchie. La relative faiblesse sur le poste 2 pourrait permettre à Sangaré et Bokolo de se décaler, comme ils en ont l’habitude dans leurs clubs respectifs. A condition de mettre des shoots… Pour la révélation Tchicamboud, meneur pur, la situation semble compromise. Mais Steed est un battant, alors…

Arrières-shooteurs

Mal de notre siècle, les shooteurs de qualités sont rares en France et la position 2 est la moins fournie de la sélection. Comme à l’accoutumée, on se demande qui va bien pouvoir mettre des points à l’extérieur, surtout en l’absence des deux Mike (Gélabale et Piétrus). Mais le sélectionneur pourra tout de même compter sur :

‘ Nando De Colo : Attention talent ! A Cholet, son association avec Tchicamboud a fait des étincelles et Nando réussit, à 21 ans à peine, une saison ébouriffante. Le nordiste sent le basket à plein nez et, malgré son physique quelconque qui le condamne aux yeux de la NBA (mais bon, les scouts NBA ne sont pas toujours clairvoyants en matière de prospects européens), peut devenir a terme l’un des piliers des Bleus. On trépigne d’avance à l’idée d’un trio Pellin-De Colo-Batum. De quoi faire exploser quelques défenses…

‘ Mamoutou Diarra : Espérons que sa saison grecque lui aura fait passer un palier car Mamoutou , bon joueur de Pro A indiscutablement, ne fait pas spécialement rêver en équipe de France où il toujours été un peu juste pour le très haut niveau. Diarra devra mettre ses shoots. Point.

‘ Thomas Dubiez/ Cédric Ferchaud : Au vu de ces deux noms, on devine que « La Gomme » recherche des shooteurs unilatéraux. Au point de se passer du précieux Michel Morandais. Bizarre… Les deux compères présentent les mêmes profils : Shoot, shoot, shoot. Au regard de leurs saisons respectives, difficile de les imaginer jouer autre chose que les utilités s’ils sont du voyage.

Ailiers

Un poste où les joueurs de qualités sont légion. La bonne nouvelle est arrivée de l’Arizona puisque Boris Diaw a confirmé sa présence cet été. Du costaud en tout cas.

‘ Boris Diaw : Le capitaine sera plus que jamais l’objet de toutes les attentions. Après deux saisons plutôt ternes en NBA et un Euro espagnol lors duquel on a vu un Bobo à la ramasse, il devra retrouver son niveau de 2005-2006. Au moins, les mauvaises langues ne pourront discuter son attachement au maillot bleu.

‘ Nicolas Batum : Le plus gros espoir français actuel. Après une saison en dents de scie, le manceau part se frotter aux « stokos » de NBA. Il a tout pour lui, sinon un mental de petit garçon. Nico doit se faire violence et dominer chaque adversaire. C’est à ce prix qu’il s’imposera chez les « kainris ». On est impatient de le voir en bleu, dans un environnement nouveau pour lui. Saura-t-il se sublimer ‘

‘ Tariq Kirksay : Le naturalisé est toujours aussi motivé par la sélection. Tant mieux. S’il n’avait pu sauvé le bateau France du naufrage de l’Euro, il s’est avéré un joueur précieux et un coéquipier modèle, d’un point de vue extérieur s’entend.

‘ Yakhouba Diawara : Où en est le Yak ‘ Peu utilisé en sélection et à Denver, malgré un physique « à la Tariq Abdul Wahad », on est en droit de s’interroger. Défenseur parfois terrifiant, Yakhouba doit se faire une place en attaque. Pas sûr qu’il passe le cut…

‘ Laurent Cazalon/William Gradit : Le premier sort d’une belle saison du côté de Roanne. Jacques Monclar dit de lui que sans ses errements de jeunesse cet energizer serait incontournable en Bleu. Un beau gâchis, mais Laurent est un joueur renaissant. William Gradit ou la grosse côte de la liste de Gomez : En Pro B voilà deux ans, le coyote est un hyperactif flashy, certes, mais sa présence ne devrait pas bouleverser la donne. Une belle expérience pour le Vichissois.

Ailiers Forts

A ce poste, propriété habituelle de Flo Piétrus, les candidats se pressent au portillon.Le Guerrier des Bleus ayant besoin de souffler, le sélectionneur compte sur un mix d’anciens et de nouveaux.

‘ Ronny Turiaf : Un 4/5 qui peut s’écarter et qui apporte une énergie folle. L’enforcer des Bleus doit avoir bien d’autres pensées en tête que l’Equipe de France à l’heure actuelle. Après avoir disputé les âpres NBA finals, il se penchera sur sa re-négociation de contrat avec les Lakers. Sera-t-il disponible en tant voulu ‘ pas si sûr. On imagine que Gomez a des garanties…

‘ Alexis Ajinça : Cette année, on en est sûr, on prépare l’avenir. Presqu’un passage de témoin entre deux des plus belles générations du basket français… Ajinça c’est une brindille à ressort de 2m16 qui veut jouer ailier. « ah bon à 2m15 on joue pas pivot ‘ » me direz vous. Oui mais ce joueur-là a quelque chose de plus que la plupart des vulgaires seven-footers. Du basket plein les mains, un shoot de loin (bon on est encore loin de Dirk Nowitzki), et les bras d’un joueur de 2m30. Pas vraiment passionné par les joutes intérieures, Alexis va devoir « muscler son jeu » car sa carrière NBA se fera sans doute sous les panneaux. Va-t-il se faire manger par les Van Den Spiegel, Hervelle, Okur et consorts ‘

‘ Ian Mahinmi : Un autre joueur capable d’occuper les deux spots intérieurs. Le rêve américain de l’ex-havrais ne s’est toujours pas concrétisé même s’il peut se consoler en repensant à sa belle saison en NBDL. Là se pose la question du niveau réel de la ligue de développement. Ian doit prouver qu’il peut dominer en Europe.

‘ Stephen Brun/Sacha Giffa/Soliman : A priori, ces trois là devrait être en retrait. Stephen Brun peut apporter son énorme bras en cas de besoin d’un 4 « fuyant », Sacha Giffa est un joueur de devoir très apprécié et plein d’expérience, quand à Soliman, son profil de rebondeur-contreur (encore un !) ne devrait pas lui permettre de jouer un rôle prépondérant.

Pivots

Ah si Jérome Moïso… bon, autant tirer un trait définitif sur la carrière internationale de « Rome ». L’énigmatique intérieur n’est plus intéressé, fin de l’histoire. Pourtant, il s’impose à la Joventut Badalone et prouve que le plus grand potentiel de l’histoire du basket tricolore, c’était lui. Des surprises sont à noter, par exemple l’absence de Vinny Masingue, top-rebondeur de Pro A, au sommet de sa forme. L’autre absent de la liste est Ali Traoré, qui confirme au Havre qu’il est l’un des joueurs les plus rentables de notre championnat. Mais ils étaient nombreux à pouvoir prétendre à la sélection (Koffi ‘ Koné ‘). Voici la liste des heureux élus :

‘ Pape Badiane : Le gentleman contreur va connaître sa deuxième campagne en bleu et pourrait prendre de la place en l’absence de Fredzilla. A confirmé son niveau en Euroleague.

‘ Joakim Noah : Ca y est, Jojo est français. L’Europe va enfin découvrir ce personnage haut en couleur, au parcours atypique, et réciproquement. En effet, « le fils de… » n’a pas joué en France depuis ses 10 ans…

‘ Johan Petro : Le seul scoreur intérieur d’impact de l’effectif. Mais quel est vraiment le niveau de Johan. Dans une des pires équipes NBA, qui plus est pauvre dans le secteur intérieur, il ne parvient pas à s’imposer. C’est surtout l’impression de stagnation qui inquiète. La faute à une éthique de travail douteuse ‘

‘ Dounia Issa/Claude Marquis/Ludovic Vaty : A première vue, les joueurs les moins côtés. Pourtant, Issa sort d’une saison réussie, collectivement et individuellement. Gros défenseur, il peut jouer sa carte de « Flo Pietrus- like », même si son registre offensif le cantonne plus près du cercle. Claude Marquis, lui, a participé à la belle campagne de qualifs pour l’Euro 2005. Sa saison 2007-2008 plaide également en sa faveur bien que sa « petite taille » soulève quelques doutes quant à son impact à un niveau supérieur. Ludovic Vaty paraît, au même titre qu’Ajinça, un peu tendre pour le niveau. Pourtant, le natif des Abymes a pour lui de nombreuses qualités : un physique d’armoire, un mental de guerrier et une petite expérience Euroleague. Dans l’avenir, on devrait entendre un peu plus parler de ce jeune homme discret.

Ainsi, malgré les nombreuses absences qui laissaient présager un fiasco post-madrilène, Michel Gomez a tout de même réussi à monter une liste sympathique. La jeunesse semble plus que jamais avoir pris le pouvoir : sur les 28 joueurs sélectionnés, un seul dépasse la trentaine ! Est-ce un avantage pour s’imposer en Turquie, dans une salle que l’on imagine en fusion ! Ainsi de nombreuses questions restent en attente d’une réponse : Qui sera le leader vocal de cette formation ‘ Comment mettre en place une attaque fluide avec certains joueurs qui ne se sont même jamais rencontrés ‘ Reverra-t-on la défense étouffante proposée en 2005 et 2006 ‘ Le vieux Gomez aura-t-il la formule de l’alchimie collective ‘

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA