E.Girard : « On n’a pas une équipe »

by Spirit | Posted on dimanche, octobre 17th, 2010

Quel est votre analyse du match
Il faut féliciter Vichy qui a joué avec son cœur, avec beaucoup d’enthousiasme et d’intensité et nous pas. Nous avons joué un peu comme le week end dernier, c’est-à-dire que nous avons joué une trentaine de minutes. Dès que l’on fait une ou deux erreurs, on les répète bêtement, on baisse les bras. A partir de là, l’adversaire est comme une bête sauvage qui a attrapé sa proie. Dès qu’elle voit que la proie se laisse aller, elle la mange. C’est ce qui s’est passé ce soir. Vichy nous a mangé dans les 7 dernières minutes parce que l’on a montré qu’on avait peur, que l’on reculait. Quand on joue sans fierté et sans intensité, à un moment donné on le paye, quelque soit l’équipe en face.

Quelles explications pouvez vous donner par rapport aux comportements de vos joueurs ‘
Il faut que l’on soit capable de jouer plus durement. Nos leaders doivent être des leaders. On a fait beaucoup trop d’erreur, mais on va se battre. Les pronostiqueurs avaient mis Vichy tout en bas du classement, Limoges a été mis sans doute beaucoup trop haut pour l’instant par rapport à ce que l’on est capable de démontrer individuellement et collectivement. Il faut garder la tête haute. A nous de redresser la barre dès vendredi prochain. Pau a des difficultés, Limoges a des difficultés. On voit que lorsque l’on est promu, c’est difficile même si on a des budgets cohérents pour des promus. Aujourd’hui, il faut mettre ça en adéquation sur le terrain.

« On a baissé les bras et ça je ne peux pas le tolérer »

Est-ce inquiétant de faire presque le même match deux fois de suite ‘
On se pose des questions. On n’est pas tombé sur une équipe qui nous a tapé dessus. On se pénalise beaucoup trop nous même. On se met dans la difficulté tout seul. Lorsque l’on perd un ballon, derrière, on baisse un peu la tête. On en perd un deuxième et on fait moins l’effort en défense et puis on prend un panier facile et puis cela s’enchaîne. Il faut que l’on retrouve nos points forts de la pré-saison. La prè-saison nous a fait beaucoup de mal. Certains nous ont vu beaucoup trop tôt par rapport aux prestations collectives voir individuelles que l’on fournit. A un moment donné, on a baissé les bras et ça je ne peux pas le tolérer.

« Une réaction d’homme »

Qu’elle réaction attendez vous ‘
On doit être des compétiteurs. On a joué deux journées, ce n’est pas dramatique en soit. Cela demande une réaction d’homme. Le groupe ne doit pas se désolidariser dès les premières erreurs ou soucis que l’on peut avoir sur le terrain. Dès que l’on est dans la dureté, on tombe dans l’approximation, dans l’individualisme, on ne joue plus ensemble. Faut que les joueurs comprennent qu’ils ont besoin des uns et des autres. Je n’espère pas que certains commencent déjà à penser à leurs stats. Il faut jouer plus dur car je constate que l’on est assez faible mentalement.

« Aujourd’hui, on n’a pas une équipe »

La semaine prochaine, c’est Pau…
Le match de Pau devient capital. Pau a dû dire exactement la même chose hier. Deux équipes qui ont des beaux budgets, des beaux joueurs, mais aujourd’hui pas une équipe. Il faut se remobiliser rapidement sur le terrain pour être des combattants pendant 40 minutes. On a joué 60 minutes sur 80 en deux matches. La semaine prochaine, il faut faire 40 minutes de folie.

Un rééquilibrage doit-il se faire ‘
C’est facile de parler de certains. Il faut que les leaders soient des leaders. Ça commence par eux. Certains leaders ne sont au niveau qu’ils devraient être par rapport à la confiance qu’on leur a donnée. Ce soir toutes les réflexions sont ouvertes. Il y a un qui doit confirmer son statut et il y en a d’autres qui doivent prouver par rapport à la confiance que l’on a mise en eux.

Photo : O.Sarre

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA