Dossier NBA: Rising Stars

by Julien | Posted on mardi, janvier 8th, 2008

Les Meneurs

Gilbert Arenas, 25 ans : 26 PPG, 6 APG et 4 RPG (stats 2007-2008)

Cela paraît presque surprenant de classer « Agent Zéro » dans les stars de demain tant on a l’impression qu’il domine à son poste depuis des années. A vrai dire, Arenas joue déjà sa sixième saison en NBA dont 5 avec des statistiques de All-star. Handicapé depuis deux saisons par des blessures récurrentes le bout en train de la NBA est un véritable franchise player qui a réussi, avec Jamison et Butler, à faire de Washington un outsider crédible. Joueur charismatique, Gilbert commence à s’imposer comme un des joueurs majeurs de la ligue et son jeune âge laisse présager, si les blessures le laissent tranquille, de bien belles années aux Wizards.

Deron Williams, 23 ans : 20 PPG, 9 APG et 3 RPG (stats 2007-2008)

Que les nostalgiques de duo Stockton-Malone sèchent leurs larmes, les Jazz possèdent un nouveau « One-Two Punch » dévastateur : Carlos Boozer-Deron Williams. Le premier à 26 ans réalise sa meilleure saison avec des stats « Malonesques » (25 PPG, 12 RPG et 3 APG) et le second est en train de s’imposer, à seulement 23 ans, comme l’un des tous meilleurs meneurs de la ligue. En trois petites saisons le meneur d’Utah a déjà doublé la plupart de ses stats et mené la franchise mormon à une finale de conférence pour sa deuxième saison. Affichant des statistiques étonnantes en Play-off pour un joueur de son âge (19 PPG et 9 APG et 4 RPG), Deron Williams est un meneur intelligent et a réussi la performance de faire oublier Stockton. Aujourd’hui les Jazz sont pris très au sérieux par les ténors de la NBA et ceci grâce à son jeune meneur.

Chris Paul, 22 ans : 22 PPG, 10 APG et 3 RPG (stats 2007-2008)

Le plus jeune des trois meneurs, mais certainement pas le moins doué, n’est pas sans rappeler un de ces illustres aînés : Isiah Thomas. Doté un très bon shoot (49% à 2pts et 40% à 3 pts) et d’un sens incroyable de la passe, « CP3 » est vrai leader sur le terrain et c’est du haut de ses 22 ans qu’il dirige les New Orlean Hornets, véritable surprise de ce début de saison. Avec 21 victoires et 11 défaites les Hornets sont tout simplement à la cinquième place de la conférence Ouest devant des équipes comme Houston ou Utah. Comme l’ancien meneur des Pistons, Paul est sur tous les coins du terrain et se donne chaque soir comme si sa vie en dépendait. Capable de très gros cartons comme les 19 points et 21 passes face aux Lakers ou les 40 points à 68% de réussite passés aux Grizzlies, Chris Paul à tout l’avenir devant lui pour devenir le meilleur meneur de la NBA… et pourquoi pas un des meilleurs de l’histoire ‘

Les Arrières

Dwayne Wade, 25 ans : 24 PPG, 7 APG et 4 RPG (stats 2007-2008)

Voilà un joueur que l’on ne présente plus ! Wade en quatre saison à déjà connu ce que certains joueurs découvrent sur une carrière entière : Rookie surprenant en 20003-04 à la tête d’une équipe en reconstruction, champion NBA deux saisons plus tard et MVP des finales, blessé dans une équipe en perdition depuis deux saisons qui devrait selon toute vraisemblance reconstruire son équipe à Wade comme pierre angulaire. En quatre ans l’arrière des Heats à surtout montré quel joueur fantastique il était en alliant talent et « gentleman attitude ». Celui qui accompagnera la fin de carrière du vieux mammouth O’neal mérite mieux que l’équipe qui lui est proposée actuellement. Pat Riley à intérêt à opérer rapidement sous peine de voir sa pépite s’envoler vers des cieux plus cléments.

Brandon Roy, 23 ans : 19 PPG, 6 APG et 4 RPG (stats 2007-2008)

13… Treize victoires consécutives ! Qui aurait parié un copec sur l’équipe de Portland en ce début de saison. Une équipe qui pourrait presque jouer dans le championnat universitaire tant l’âge moyen frise celui requis pour figurer sur les bancs de la fac. Les Blazers gagnent, chose qui n’était plus arrivé depuis un certain temps dans l’Oregon. A leur tête pas de Greg Oden, Rookie Of the Year annoncé, cloué à l’infirmerie pour la saison. Pas de Zach Randolph non plus, l’intérieur glouton a été envoyé à New York. Non, à la tête de cette équipe on retrouve le jeune Brandon Roy, Rookie Of the Year 2006 et qui s’est déjà imposé comme le franchise player de Portland. Avec sa bande de jeunes loups Roy joue sans complexe et offre à son public un jeu dynamique et enthousiasmant. Les propriétaires des Blazers ne se sont pas trompés en prenant le risque de construire une équipe autour d’un joueur fraîchement sortie de la NCAA. Si Oden venait à confirmer tout le bien que l’on dit de lui alors Portland pourrait bien revenir en haut de l’affiche et ce pour longtemps !

Kevin Durant, 19 ans : 20 PPG, 2 APG et 4 RPG (stats 2007-2008)

Durant n’a que 29 matchs NBA dans les pattes mais il joue déjà avec le culot d’un vétéran. A seulement 19 ans, Durant est déjà dans le top 30 des meilleurs marqueurs NBA et devrait sans grande surprise remporter le titre de Rookie Of the Year. Esseulé dans une équipe jeune, le rookie tente comme il peut de porter son équipe. Son adresse douteuse (40% à 2pts et 31% à 3pts) n’est que la résultante d’une sélection de shoot parfois hasardeuse. Mais faut-il le répéter à nouveau : le jeune arrière filiforme n’a que 29 matchs d’ancienneté et une équipe à diriger ! A vouloir trop en faire le joueur déjoue parfois mais laisse envisager de belles choses pour l’avenir comme les 27 points à 11/18 passés à Toronto dernièrement ou les 35 points à 12/20 à Indiana. Dans tous les cas Seattle a fait le pari de miser sur la jeunesse et, aux vues des performances alignées par le rookie, le choix de Kévin Durant semble être la bonne décision.

Les Ailiers

Lebron James, 23 ans : 29 PPG, 7 RPG et 7 APG (stats 2007-2008)

Est-il bien utile de présenter Lebron James ‘ A 23 ans, James est bel et bien le joueur tant attendu par les fans et les médias. Bénéficiant d’un buzz encore jamais vu auparavant, l’ailier de Cavaliers à démontré dès sa première saison que son surnom « The Choosen One » n’avait rien d’un titre usurpé. Après 4 saisons, James affiche des stats de All of Famer et semble avoir une marge de progression encore énorme. Le joueur rend les autres meilleurs et dispose d’un charisme digne de Michael Jordan himself. Son plus gros défi aujourd’hui est d’emmener son équipe vers le titre comme l’a fait avant lui Jordan avec les Bulls. Avec une finale l’an passé, Lebron James est sur la bonne voie mais le début de saison difficile de son équipe cette année laisse installer un doute sur la capacité des Cavs à ré-éditer l’exploit. Tout le monde se pose la question : James restera un Cavaliers ou sera-t-il tenté par un plus gros marché ‘

Carmelo Anthony, 23 ans : 25 PPG, 6 RPG et 4 APG (stats 2007-2008)

Carmelo Anthony est sûrement le plus gros scoreur de la génération montante, c’est du moins le plus attirer par le panier. Associé à Iverson, il arrive à cumuler 25 points par match et à sortir de grosses performances comme le prouve ses trois derniers matchs (34, 30 et 29 points). Souvent comparé à Lebron James et Dwayne Wade, il ne bénéficie d’une image plus contrastée. Suspendu l’an dernier pour une bagarre à New York, décrié pour son côté un peu diva, le jeune joueur se rachète une conduite cette saison auprès d’Allen Iverson. Anthony a réussit à imposer Denver dans le paysage NBA et tente désormais de hisser son équipe vers les sommets. Avec « The Answer » il dispose d’un atout indéniable et devrait, comme l’a fait son aîné avant lui, sans aucun doute s’imposer comme une des stars de cette nouvelle génération.

Josh Smith, 22 ans : 17 PPG, 8 RPG et 3 APG (stats 2007-2008)

Cela peut surprendre certains de classer Josh Smith dans les stars montantes mais les progrès affichés par le jeune ailier des Hawks depuis le début de sa carrière sont pleins de promesses. Depuis trois saisons le bondissant Smith n’a de cesse que d’améliorer ses statistiques, il prend plus de rebonds, fait plus de passes et surtout marque plus de points et tout ça avec une adresse somme toute raisonnable. Associé à Joe Johnson et au jeune Al Horford, Josh Smith commence à faire émerger les Hawks sur la scène NBA, ce qui n’est pas un petit exploit quand on sait depuis combien de temps l’équipe est engluée dans les bas fonds du classement. Féroce défenseur il ressemble de plus en plus à celui qui fit briller Atlanta il y a de nombreuses années : Dominique Wilkins. Si Smith arrive à gagner en régularité dans son shoot il pourra, alors, s’imposer comme un véritable franchise player.

Les Ailiers-Forts

Chris Bosh, 23 ans : 20 PPG, 9 RPG et 2 APG (stats 2007-2008)

Voilà le quatrième mousquetaire de la fabuleuse Draft 2003 : Premier choix, Lebron James, troisième choix, Carmelo Anthony, quatrième choix, Chris Bosh et cinquième choix, Dwayne Wade ! On applaudit le front office des Pistons qui, au lieu de sélectionner Anthony, Bosh ou Wade à préféré jeter son dévolu sur Darko Milicic dont on connaît l’impact en NBA ! Imaginer les Pistons avec un de ces trois joueurs…passons. Bref Chris Bosh tant décrié par Vince Carter à son arrivée à depuis prouvé à tous qu’il était l’un des meilleurs intérieurs de la ligue. Mobile, adroit, altruiste, modeste et très bon rebondeur, Bosh possède toute la panoplie de l’intérieur modèle. Phil Jackson ne s’était d’ailleurs pas trompé en lui promettant un gros chèque si jamais il rejoignait les Lakers. Le n°4 des Raptors est resté fidèle à Toronto et à son General Manager de talent : Brian Colangelo. Bien lui en a pris aujourd’hui Bosh n’est plus obligé de tout faire et il joue dans une équipe talentueuse qui devrait, avec l’aide son leader, faire quelques dégâts dans quelques années.

Al Jefferson, 22 ans : 20 PPG, 12 RPG et 1 APG (stats 2007-2008)

Ce joueur est le joueur pour lequel les Wolves ont accepté d’échanger l’un des meilleurs intérieurs de l’histoire, Kévin Garnett. Que dire de plus ‘ Si les victoires ne sont pas au rendez-vous, les dirigeants de Minnesota ne se sont pas pour autant tromper sur le joueur. Jefferson a déjà tout d’un grand après seulement trois saisons et le propulser à la tête d’une équipe de gamins l’a littéralement transfiguré : « Big Al » a triplé ses stats par rapport à ses débuts sous le maillot des Celtics. Danny Ainge avait donc vu juste en clamant haut et fort qu’il détenait une pépite en la personne de Jefferson. Les intérieurs adverses ne lui font pas peur : 31 points et 14 rebonds dans la face de Nowitski, 25 points et 10 rebonds devant les Magics de Dwight Howard, 32 points, 20 rebonds et 4 interceptions au nez et à la barbe d’Amare Stoudemire ! Le décor est planté ! Une fois que les louveteaux auront pris de l’âge ils devraient, sous l’impulsion de Jefferson, arrêter de pincer et commencer à mordre sérieusement !

LaMarcus Aldridge, 22 ans : 18 PPG, 8 RPG et 1 APG (stats 2007-2008)

Certes Aldridge n’a pas les stats de ses prédécesseurs mais chose presque rare aujourd’hui je vous l’accorde, LaMarcus est allé à la Fac ! Donc contrairement à Al Jefferson, par exemple, qui foule les parquets depuis déjà trois ans, le jeune intérieur de Portland n’a que 87 matchs dans les gambettes… soit un peu plus d’une saison entière. Au départ drafté par les Bulls, qui ont préféré l’échanger contre Tyrus Thomas (sic), Aldridge termine finalement sous le maillot des Blazers où il va passer une saison à apprendre le métier en regardant Zach Randolph bouffer les ballons. Randolph envoyé à Big Apple, LaMarcus se voit propulser dans le cinq majeur dont la moyenne d’âge ne dépasse pas 25 ans (Blake, Roy, Outlaw, Frye et Aldridge). Est-ce utile de rappeler que les Blazers ont remporté 13 victoires de rang… non. Puissance et finesse, l’intérieur de Portland est en course pour le titre du joueur ayant le plus progressé. La blessure d’Oden est surement un mal ou pour un bien pour le joueur. L’absence du pivot « futur » star lui aura permis d’éclore tranquillement avant de former avec lui l’une des raquettes les plus séduisantes pour les années à venir.

Les pivots

Amare Stoudemire, 25 ans : 21 PPG, 9 RPG et 1 APG (stats 2007-2008)

A l’instar de Lebron James, on ne présente plus Stoudemire et son incroyable talent. La encore des équipes comme Chicago, Golden State ou encore Cleveland ont préféré miser sur d’autres à la Draft 2003 plutôt que de choisir Stoudemire (9ème choix). Provenant directement de son lycée, il est vrai que le risque reste présent et qu’on en pouvait assurer que Stoudemire allait réaliser une telle carrière. Pourtant dès sa première saison l’intérieur affiche 13 points et 8 rebonds de moyenne, tout ça du haut de ses 20 piges. Malgré des blessures récurrentes, le pivot a réussi en cinq ans à s’imposer dans le top 3 des intérieurs de la ligue. Doté d’un jeu dos au panier efficace, d’un shoot à 4 mètres que beaucoup devrait copier et surtout d’une capacité à courir, plus vite et plus longtemps, incroyable qui fait le régal de Steve Nash, Stoudemire est l’archétype du pivot moderne. Tout le monde sait que les pivots de talent se comptent sur les doigts de la main et bien Amare en fait bel et bien parti et cela pour un moment.

Dwight Howard, 22 ans : 23 PPG, 15 RPG et 1 APG (stats 2007-2008)

Le meilleur pivot de la ligue actuellement c’est lui ! Baby Shaq en puissance, Dwight Howard est une montagne de muscles rigolarde que rien n’arrête. Beaucoup ne voyait en lui qu’un gros rebondeur avec des mains carrés, mais cette saison le grand Dwight prouve à tout le monde qu’il sait aussi marquer des paniers. Au même âge le gros shaq marquait 29 points pour 11 rebonds, on reste dans les standards. Sous l’égide d’un prof de luxe, Pat Ewing, la nouvelle star d’Orlando a pris une nouvelle dimension cette saison puisque qu’il est passé de 17 points à 23 et de 12 rebonds à 15. Aujourd’hui Orlando est revenu en haut du tableau et la mine réjouie du gentil géant fait plaisir à voir, Howard prend plaisir avec cette équipe et son association avec Lewis et Nelson est prometteuse. Si il suit les pas d’O’neal sa carrière sera pavé d’or et de récompenses. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Andrew Bynum, 20 ans : 12 PPG, 10 RPG et 2 APG (stats 2007-2008)

Pour l’instant Andrew Bynum est loin d’être une star mais tout laisse penser que le palier à franchir se réduit de jour en jour. Sa progression est fulgurante et sa capacité à gober les informations surprend même Phil Jackson qui n’hésite plus à dire que Bynum est celui qui comprend le mieux l’attaque en triangle. Plus le jeune pivot des Lakers joue plus ses stats et son apport augmente. Kobe qui au départ ne comprenait pas pourquoi le front office de la maison jaune s’obstinait à garder Bynum, même contre Jason Kidd, comme à saisir l’importance et le potentiel du joueur. Sa récente confrontation avec Amare Stoudemire démontre qu’Andrew est de la race des grands : 28 points à 11/13, 12 rebonds dont 8 offensifs, 4 passes et 2 contres, le tout en 42 minutes. N’oublions pas que le joueur n’a que 20 ans et qu’il lui reste encore une bonne quinzaine d’années pour s’afficher en haut des stats NBA. Une chose est sûre aujourd’hui : Kobe ne demandera plus le transfert de celui qui pourrait lui permettre de regoûter à une finale.

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA