WNBA: Preview des Finales

by Antoine | Posted on mercredi, octobre 1st, 2008

On vous a présenté la division Ouest, mais on n’aura pas le temps de vous présenter les match de la division Est… Les matchs s’enchaînent à un rythme incroyable en WNBA (pas de jour de récup’ pour les Shocks entre les finales de conf’ et la grande finale). On va essayer de retracer tout de même le parcours des filles de Detroit rapidement.

Detroit Shock

Championnes WNBA en 2003, 2006, finalistes en 2007, elles reviennent en finale en 2008. C’est parlant non ‘ Cette fois-çi elles ont éliminé les Indiana Fever de Tamika Catchings sans grosse surprise malgré une sueur froide sur le game 2, puis les New york Liberty dans une série très défensive.

C’est une équipe, qui, a l’opposé des Silver Stars, est très homogène, avec une belle profondeur de banc. Le 5 de départ est un peu curieux avec des joueuses très grandes qui profitent de beaucoup de mismatchs.

Poste 1 : Elaine Powell. Joueuse discrète, elle n’a que peu d’impact sur l’équipe malgré un temps de jeu conséquent. Une chose est sûre, Detroit devrait chercher un nouveau PG pour les saisons suivantes.
Poste 2 : Deanna Nolan. Une joueuse qui a bien 10 centimètres de plus que ses adversaires directes. Dans les playoffs, elle s’est imposée comme la joueuse majeur de l’équipe avec plus de 20 points de moyenne. Les Stars vont avoir du mal à maîtriser le franchise player des Shock.
Poste 3 : Katie Smith. Une joueuse ultra-polyvalente (elle jouait à la mène pour les USA aux JO). Elle a un peu de mal à trois points dans les séries mais plante quasi systématiquement autour de 15 points.
Poste 4 : Taj McWilliams-Franklin. Le facteur X du dernier match contre les Liberty. Encore une joueuse d’expérience, elle est assez régulière et fourni un gros travail sous le panneau.
Poste 5 : Kara Braxton. Joueuse de devoir, elle fournit de belles lignes de stats étant donné son temps de jeu réduit (9 points 5 rebonds en 18 minutes). Elle est particulièrement grande, et très athléttique.

L’équipe des Shock a beaucoup de remplaçantes capable de scorer / défendre, etc. Il faut parler de Plenette Pierson, remplacée par Taj McWilliams quand cette dernière a été transféré en fin de saison de Washington à Detroit. Pierson pointe à 12 points 5 rebonds en 23 minutes. On peut aussi parler de la rookie Hornbuckle qui fait une saison intéressante avec 5,4 points, 4 rebonds et 2 passes en 22 minutes. Encore une joueuse de 1m80 qui joue arrière (généralement la taille d’une SF en WNBA).

San Antonio Silver Stars

On en a déjà parlé dans la review de la conférence Ouest. Voici la présentation des équipes.

Poste 1 : Becky Hammon. La tueuse à 3 points. Elle possède un bon sens du jeu, et est très rapide. C’est le régulateur de l’équipe. Quand elle se transcende, son équipe est quasi sure de gagner, quand elle est absente, son équipe est quasi sure de perdre.
Poste 2 : Vicky "VJ" Johnson. La vétéran de l’équipe. Si elle est capable d’à peu près tout faire sur le terrain, elle n’a plus ses jambes de 20 ans. et sa précision décroit. Elle alterne au poste 1 avec Becky Hammon, et avec notre Ewdige Lawson-Wade qui pourrait bien avoir une chance d’intégrer le 5 majeur à sa place la saison prochaine ‘
Poste 3 : Erin Buescher. Avec VJ, le maillon faible du roster. Elle n’a pas assez d’impact offensif malgré un joli shoot à 3 points. Cepandant, c’est un role player "couteau-suisse" qui défend assez dur sur l’homme et se donne toujours à fond.
Poste 4 : Sophia Young. Pour sa troisième saison WNBA, la jeune joueuse de Baylor (Waco, Waco !) continue à progresser dans tous les compartiments. Elle a une grosse intensité de jeu et malgré sa "faible" taille peut très bien s’imposer sous le panneau. Ce n’est pas une joueuse brillante ou exceptionnelle par sa technique, mais elle a le sens du jeu, le sens du placement, etc. Cela en fait une joueuse extrêmement régulière.
Poste 5 : Ann Wauteurs. La grande belge est une joueuse très agréable à voir jouer. Très mobile, capable de se retourner très vite dos au panier, elle possède un petit bijou de fade-away jumper.

Sub 1 : Ruth Riley. Un pivot "brut". Grande, athéltique mais un peu maladroite. C’est un bonn défenseur mais elle fait beaucoup de fautes (4 en moyenne en 20 minutes).
Sub 2 : Helen Darling. Combo guard, joueuse nerveuse, elle a peu d’impact offensif. Pour preuve, en carrière son pourcentage est à 3 points et à 31% pour 33% en comptant les 2 points…
Sub 3 : Edwige Lawson-Wade. Combo guard. Elle a la taille pour jouer à la mène mais possède aussi un excellent shoot. Elle a franchi un cap cette saison et son entente avec Hammon, plus leur capacité à permutter sur les 2 postes d’arrière sont un plus. Etant donné la réussite de Darling et la baisse de forme de Vicky Johnson, elle a vraiment une carte à jouer.
Sub 4 : Morenike Atunrase. SG / SF. Une rookie qu’on voit trop peu pour s’exprimer à son sujet. Elle n’a pas beaucoup d’impact quand elle entre en jeu.

La force de cette équipe, c’est la complémentarité des arrières qui alternent bien sur les 2 postes, le gameplay. Et ils possèdent des bons joueurs dans chaque zone de jeu.
C’est une équipe très tactique, qui joue un peu à l’Européenne, avec des joueuses très versatiles. Bref, elles ont tous les arguments pour gagner le titre… mais leur banc manque cruellement de profondeur. Leur gros problème sera certainement l’absence de Darling & Wade qui sont blessées.

Les clefs de la finale

Face à tous les arguments offensifs de Detroit, les Silver Stars ont intérêt à bien défendre en équipe, tout en faisant particulièrement attention à Nolan. Il leur faudra trouver une solution à leur problème de rotation, peut-être en impliquant Atunrase dont la taille au poste 2 pourrait s’avérer utile.

Pour les Shock, le souci sera de bien se dégager des picks & rolls Wauters / Hammon parce que la petite meneuse ne se fera pas prier pour allumer à trois points. On a souvent vu Bobitt à la rue lors des finales de conférence sur ces picks. Ceci dit, étant donné la taille des Shocks, elles devraient pouvoir switcher sans difficulté. Il faudra aussi qu’elles soient aggressives pour éviter de voir Young prendre les positions préférentielles.

Dans tous les cas, cette finale sera une finale de systèmes des 2 côtés du terrain. Dans ce petit jeu, l’âge et l’expérience des Shock pourrait être un sacré avantage, mais elles sont certainement moins "géniales" parfois que les Stars. Une finale à suivre, en somme.

Tags
About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA