Play Off 2011 : Who’s in who’s out

by Julien | Posted on vendredi, avril 8th, 2011

East Coast

Sur la côte Est la saison a été riche d’enseignements. Le premier est que Derrick Rose est bien la star attendue depuis tant d’années et qu’il sera probablement sacré MVP après seulement trois saisons dans la ligue. En menant les Bulls au sommet de la conférence, et ce malgré les blessures à répétitions de ses partenaires, le meneur a réalisé un véritable exploit. Derrière Miami, que tout le monde veut voir chuter, sera bien là et les trois stars de south beach sont des compétiteurs ‘

Ce qu’il ne faudra pas oublier. Boston s’est probablement tiré tout seul une balle dans le pied en se séparant de Kendrick Perkins, seul pivot vert capable de faire déjouer les cadors du poste à l’Est comme à l’Ouest. Big Shaq à la santé inquiétante, Jermaine O’Neal et Nenad Kristic n’étant clairement pas au niveau, il y a fort à parier que Doc Rivers doit se faire du mauvais sang actuellement. Comptons tout de même sur l’expérience de Boston pour rivaliser avec les « jeunes » Bulls ou Heat. Orlando ferme le ban des formations capables de se hisser jusqu’aux finales. Même si les coéquipiers de Dwight Howard connaissent une fin de saison difficile, le Magic garde un effectif de grande qualité. Si Gilbert Arenas avait la bonne idée de retrouver son talent avant le début de Play Off alors Orlando pourrait surprendre tout son monde.

Derrière les autres formations essaieront de jouer les trouble-fêtes mais seront plus probablement des sparring partners. Atlanta a perdu de sa superbe et devra batailler ferme pour espérer inquiéter ses adversaires. On sait les Hawks habitués aux joutes d’après saison mais le technicien du banc n’est plus le même et son inexpérience en Play Off risque de se payer au prix fort. Philadelphie est l’équipe surprise de la saison.

Programmée pour jouer les derniers rôles l’équipe de Doug Collins a clairement remonté la pente au fur et à mesure des matchs pour finalement prendre une solide place parmi le TOP8. Quelque soit l’issue de cette phase finale, la saison est d’ores et déjà réussie. New York a pris des risques en chamboulant son effectif, avec des all stars certes, mais la mayonnaise n’a pour le moment pas totalement pris. Le futur adversaire des Knicks ne sera pour autant pas totalement serein au regard de l’équipe à affronter. Indiana qui est la 8ème équipe qualifiée, va retrouver les Play Off après cinq ans d’absence, une réussite qui récompense la fidélité de Danny Granger.

West Coast

Du côté Ouest on a bien cru que les Spurs allaient s’écrouler à deux mètres du bol de sangria. Heureusement les hommes de Pop’ ont retrouvé leurs esprits alors que les Lakers suivaient le chemin inverse. La logique et donc respecté et le hold up n’aura pas lieu, San Antonio gardera donc l’avantage du terrain tout au long des Play Off. Un avantage certain vu les oppositions à venir. Reste à TP et compagnie d’utiliser toute l’expérience dont ils disposent pour se hisser jusque dans le dernier carré, après tout est possible et l’âge n’est plus qu’une vue de l’esprit. Même si la fin de saison est compliqué Kobe Bryant et les siens semblent quand même bien meilleurs qu’au début de saison. Bynum et Artest sont les raisons de cette embellie, le premier retrouve ses sensations et le premier se souvient ce veut dire le mot « défense », ce pour quoi il fut décisif l’an passé. Les champions en titre seront présents et les favoris pour leur propre succession.

Derrière Dallas et Oklahoma pourraient bien jouer les trouble-fête. Les Mavs sont capables du meilleur comme du pire, le meilleur quand le grand Dirk tient la baraque, le pire dès lors qu’il a un coup de moins bien. Or tout le monde sait que l’allemand n’est pas un joueur qui se transcende lors des grandes échéances. Les progrès de Tyson Chandler seront un avantage certain pour tenir les gros comme Duncan, Gasol, Bynum ou Aldridge. Oklahoma en se séparant de Jeff Green a fait un choix et choisir c’est renoncer. Le Thunder a renoncer à un jeu offensif à tout va pour équilibrer sa raquette en la renforçant d’un buffle. Kendrick Perkins sera le facteur X de l’équipe Scott Brooks. Costaud et dur sur l’homme il était la solution anti-Lakers avec les Celtics, aujourd’hui à l’Ouest il est bien décidé à prouver que son ancienne franchise a fait une erreur en le laissant partir.

Les poursuivants se nomme Denver, New Orleans, Portland et, probablement, Memphis. Les premiers vivent mieux sans Carmelo Anthony et démontrent qu’une bande de jeunes loups vaut parfois mieux qu’un vautour. Les seconds ont maintenu le ryhtme tout au long de la saison et ont réussi la pari de se qualifier après une saison 2009-2010 chaotique. Chris Paul quittera vraisemblablement les hornets d’ici une à deux saisons mais le front office de NOLA ne pourra jamais enlever à son meneur qu’il donne le maximum. Portland sera le poil à gratter du premier tour. Magic Johnson en homme expérimenté confiait récemment qu’il serait de bon ton d’éviter les hommes de Mac Millan. Les Blazers ont trouvé une rotation intéressante avec Batum en 6ème homme et Fernandez en électron libre en sortie de banc. Si Brandon Roy retrouve toutes ses capacités les Blazers pourraient sortir un gros. Enfin Memphis, même si ils ne sont pas qualifiés à l’heure de ses lignes, fera un petit tour et puis s’en va. A moins d’un destin à la Nuggets version 1996 ou Warriors version 2007, les partenaires de Zach Randolph n’ont pas grand chose à espérer.

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA