Mon oeil en playoffs

by srtb25 | Posted on jeudi, mai 5th, 2011

‘ FOCUS SUR DERRICK ROSE : le M.V.P.

M.V.P. Ces trois lettres claquent dans la bouche de tous les journalistes et toutes les stars de la ligue. Si le titre NBA est le trophée suprême dont rêve tout joueur, celui de M.V.P fait presque autant fantasmer.
Jusqu’a lors la propriété de LeBron James depuis 2 ans, la planète NBA a su récompenser certes un joueur aux lignes de stats superbes mais également un comportement, un standing et un discernement qui font de Derrick Rose l’un des plus beaux MVP mais également le plus jeune de l’Histoire.

Que dire de plus sur Derrick Rose qui n’a pas déjà été annoncé par les journalistes déjà fans du joueur. Un côté ‘nice guy’, des stats de folie, une attaque au panier magnifique et imparable, un mélange des meilleurs meneurs de la ligue, un coéquipier modèle ect ect’ Oui, ce MVP la n’est pas passé inaperçu et récompense à juste titre une saison quasi parfaite.
Si, il est à noter que les critères de votes se basent sur la saison en cours, concernant Derrick Rose l’on peut mettre en avant les playoffs 2009/2010 qui lui ont permis de se faire un nom et d’imposer son style en repoussant les Celtics à un 7ème match lors du 1er tour des playoffs. Celtics, qui il faut le rappeler se sont inclinés également au match 7 des Finales NBA, ce qui en dit long sur le niveau de jeu qu’il a fallu mettre en ‘uvre pour les bousculer.

Retour sur la saison 2010/2011. Exit Vinny del Negro et bienvenue à Tom Thibodeau au poste de coach, spécialiste en défense, petit point faible de Rose. De plus le trio du Jazz débarque à Chicago. Boozer/Brewer/Korver deviennent des Bulls avec la lourde tâche de viser implicitement les plus hautes marches en playoffs.

Or, c’est à ce moment la que le rôle de Rose commence à prendre forme et son statut de MVP à se créer.
Le n°1 des Bulls à su fédérer ses troupes et les regrouper derrière lui pour créer un groupe homogène, puissant et grâce à la patte de coach Thib’ féroce en défense.

Ainsi, cette saison 2010/2011 est celle de l’accomplissement et de l’explosion médiatique.

Avec des stats en carrière de 20,9pts, 3,9rebds et 6,7pds, Mr « Speed don’t lie » change considérablement la donne cette année en affichant :
– 25pts par match à 44% aux shoots/32% à 3pts/85% aux lancers francs
– 4,1rbs par match
– 7,7 pds par match

Tout cela en jouant aux côtés d’excellents joueurs comme Boozer, Deng ou Noah. Ajoutez à cela un style de jeu magnifique à voir, des cross over redoutables, une vitesse d’exécution imparable, un % aux shoots très correct et un sens aigue de la passe vous obtenez à coup sur l’approbation totale des fans du United Center mais également des journalistes NBA.

Car si l’on considère le titre de MVP dans son ensemble, en effet l’on récompense les performances individuelles mais également l’apport que le joueur a su insuffler à son équipe. En cela également le constat est imparable : les Bulls en cette saison 2010/2011 ont obtenu le meilleur bilan de la ligue avec 62 victoires pour 20 défaites et ont su finir la saison en trombe pour ravir la 1ère place aux Spurs, déjà éliminés.
A l’instar de Blake Griffin, Rose a surfé sur une ‘hype’ telle de la part des médias que certains se sont agacés de voir autant de papiers écris sur lui. En cela dès la célébration des 20 ans du 1er titre des Bulls au United Center, Michael Jordan ne s’était pas trompé, en plus de prévoir un avenir radieux pour la ville de Chicago, il avait annoncé que Rose serait à coup le MVP de cette année.

Derrick Rose, comme dit précédemment et il faut le rappeler est devenu le plus jeune MVP de l’Histoire de la NBA à 22 ans prenant la place qu’avait occupé Wes Unsled lauréat en 1968. Cette considération apporte un autre aspect à son trophée car en plus de le féliciter pour sa saison le place sur les plus hautes marches de la NBA et lui permet en fait de faire partie de l’Histoire de la ligue mais également de l’écrire.
Ce titre qui plus est s’accompagne de playoffs monstrueux avec l’élimination des Pacers au 1er tour et la confrontation actuelle face aux Hawks qui s’annonce palpitante tant Rose a su de nouveau élever son niveau de jeu

Au final, ce titre de MVP est totalement mérité pour un joueur très attachant mais également le meilleur meneur de la ligue actuellement et pour les années à venir et pour finir à l’un des meilleurs joueurs au monde qui a su également porter haut le drapeau américain aux championnats du monde de Turquie.

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA