Le retour du Baron ‘

by plapik | Posted on mercredi, février 16th, 2011

Je vais pouvoir aborder dans cet article cette longue descente dans l’enfer des clippers. Je m’intéresserai également à la carrière de cet enfant de la Californie.

Elevé par ses grand parents, Davis eu la joie de découvrir le basket sur un panier de fortune installé au fond du jardin familial.
Fier de ses racines californiennes, B-Diddy signe dans l’usine à champion californienne, UCLA, en 1997 après avoir été sélectionné dans l’ « USA Basket junior team » lors de son année senior. Après deux excellentes saisons avec les Bruins (13.6pts, 5.1pds et 2.5int), ponctuées par une participation au Top 16, Baron Davis se présente à la Draft. Soucieux de ne pas s’éloigner de ses terres, Baron demande à être drafté à l’ouest et déclare ne pas vouloir jouer si les Hornets, qui ont des vues sur lui, le sélectionnent.

Malgré tout, le coaching staff de Charlotte prend le risque de sélectionner le « Baron » au 3e rang de la draft 1999 derrière Elton Brand et Steve Francis. Après une saison rookie difficile où il ne parvient pas à réellement se faire une place dans l’effectif des Hornets. Davis explose lors de sa saison sophomore et mène Charlotte en Playoffs. La saison 2002-2003 marquant le déménagement des Hornets à la Nouvelle Orléans fut difficile pour Davis qui, miné par les blessures, ne put exprimer pleinement son talent et marqua la descente des Hornets dans les tréfonds du classement. Le 24 février 2005, après deux années de galère, B-Diddy est envoyé à Golden State en échange de Speedy Claxton et Dale Davis. Ce transfert fut qualifié de « transfert le plus scandaleux qu’ai vécu la NBA ».

Dès sa seconde saison dans la Baie, Baron Davis amène les Warriors en playoffs. Au premier tour ils réalisent l’exploit d’éliminer les Mavericks, grand favoris pour la conquête du Larry O’Brien Trophy. Au second tour, le Jazz ne se laissera pas surprendre par cette équipe bourrée de talent. Cette série fut marquée par le dunk stratosphérique de Davis au nez et à la barbe d’Andreï Kirilenko, meilleur contreur de la ligue. En 2007-2008 B-Diddy réalisera sa meilleure saison statistique (21.8pts, 7.6ast, 4.7reb et 2.3int). Contre toute attente, il quitte les Warriors le 30 juin 2008 et rejoins les Clippers en compagnie de Marcus Camby dans l’espoir de former avec Elton Brand une équipe prétendante au titre. Malheureusement pour eux, Brand quitte le navire et file se réfugier à Philadelphie laissant Camby et Davis seuls dans l’enfer des Clippers.

Ce départ inverse totalement la tendance et la première saison des deux hommes à Los Angeles se révèle être bien en deçà des espérances (14.9pts de moyenne pour Davis). Après cette première année très mal négociée, le soleil semble enfin revenir à L.A avec l’arrivée du monstre Griffin. Mais la poisse n’est jamais loin à Los Angeles, Griffin se blesse en pré-saison et est déclaré out pour la saison. Comme lors de la saison précédente, le Clippers sombrent dans le bas du classement malgré l’éclosion de jeunes prodiges (Kaman, Gordon) et une saison moyenne de Davis (15.3pts de moyenne). Avec le retour en début de saison de « Monster Blake » on aurait pu croire à une certaine embellie dans la Cité des Anges pour la saison 2010-2011. Un Bonheur ne venant jamais seul, le début de saison des Clippers est marqué par la sérieuse blessure de Chris Kaman à l’intérieur et le manque de soutient autour de Griffin et Gordon. La pauvresse de l’effectif associé à la descente aux enfers de Davis, fit sombrer les Clippers qui réalisèrent un de leur moins bon départ depuis l’arrivée de Baron Davis. A l’image de son équipe, B-Diddy n’était plus que l’ombre de lui-même (8.12pts 6.25ast et 16 matchs auxquels il n’a pas pris part sur 32) et perdit sa place de starter au profit du jeune Eric Bledsoe.

Le 12 décembre dernier, une surprise nous attendait sur la feuille de match contre le Magic. Que signifiait cette confiance toute nouvelle de Coach Del Negro envers son meneur All Star ‘ Bien que sa performance ne fut pas exceptionnelle (6ast mais uniquement 4petits points), Del Negro continua d’aligner B-Diddy dans les matchs suivant. Le 18 décembre contre Philadeplphie, c’est la récompense pour Del Negro, le « Baron » est de retour aux affaires avec ses 18 points et ses 5 passes décisives. Depuis cette date, Baron Davis n’en finit plus d’aligner les bonnes stats (une pointe à 16pts et 16ast) et retrouve peu à peu son niveau d’antan (15.2pts, 7.5ast, 3rbd et 1.5int). Les performances de Davis bien soutenu par Blake Griffin et Eric Gordon remettent les Clippers sur les bons rails (15V 14D depuis la « renaissance » de B-Diddy). La blessure de Gordon fin janvier a quelque peu ralentit la progression des Clipppers mais, si Vinny Del Negro parvient à réunir l’ensemble de son effectif la saison prochaine (Gordon et Kaman blessés) et si les jeunes parviennent à rester constant (Jordan, Bledsoe, Aminu), alors les Angelinos auront peut être la chance d’avoir leurs deux équipes en Playoffs l’année prochaine.

Pour ceux qui ne l’ont pas encore vu, voici le dunk de Baron Davis sur Kirilenko :

Stats au scoring de Baron Davis en carrière :
99-2000
2000-2001 : Charlotte Hornets : 5.9pts
2001-2002 : Charlotte Hornets : 13.8pts
2002-2003 : Charlotte Hornets : 18.1pts
2003-2004 : New Orleans Hornets : 17.1pts
2004-2005 : New Orleans Hornets : 22.9pts
2005-2006 : N.O Hornets/Golden State Warriors : 19.2pts
2006-2007 : Golden State Warriors : 17.9pts
2007-2008 : Golden State Warriors : 20.1pts
2008-2009 : Los Angeles Clippers : 21.8pts
2009-2010 : Los Angeles Clippers : 14.9pts

Photo : Zimbio.com

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA