Dossier NBA: Les oubliés du All Star Game

by Yoann Delatre | Posted on mardi, février 12th, 2008

Conférence Est

Supposée plus faible la sélection de l’Est n’en est pas moins la plus contestée. En effet, selon beaucoup de fans, la sélection d’un joueur comme Joe Johnson n’est pas justifiée. Alors que son équipe affiche un bilan négatif, Joe Johnson n’est pas le seul artisan des quelques succès de son équipe. Peu flashy, on peut considérer que sa sélection s’est peut être faite au détriment d’autres joueurs. Voici quelques candidats qui auraient largement mérités d’être nominés.


Arrières

Jose Calderon : meneur titulaire et indiscutable de la franchise canadienne, il est à la tête d’une des rares équipes ayant un bilan positif à l’est. Passant plus de 31 minutes sur le terrain, l’espagnol est devenu un élément incontournable de l’attaque des Raptors avec ses 12,3 points et 8,8 pds/match. Cinquième passeur de toute la ligue, Calderon reste néanmoins un joueur très sur puisqu’il est tout simplement le joueur ayant le meilleur ratio passes décisives/balles perdues de tout la NBA !!! José aurait pu être le seul représentant non-américain de cette sélection…

Ray Allen : Alors que par le passé les membres importants des équipes dominantes en NBA étaient tous convoqués pour le All Star Game (Cf les pistons il ya quelques années avec quatre joueurs sélectionnés), ce n’est pas le cas cette année. En effet, bien que réalisant l’un des départs les plus impressionnants de l’histoire de la franchise de Boston (ce qui n’est pas rien…), un des éléments du Big Three ne participera pas au All Star Game cette année…Incontestable artisan de la résurrection de la maison verte, Ray Allen est devenu l’une des coqueluches du Boston Garden. Sobre mais efficace, sa complémentarité avec KG et Paul Pierce est reconnue par tous les coachs. Affichant des statistiques plus que correctes (18,3 pts, 4 rbs et 3pds avec un 38 % à trois points), Ray Ray assume également son rôle de leader héritant souvent du ballon dans les instants cruciaux. Plein de sang froid, rares sont les moments où le shooter des Celtics à mal exploiter ces ballons…ayant pratiquement les mêmes statistiques que Joe Johnson, le même profil mais un meilleur bilan, Ray Allen doit pour sa part plus partagé le ballon (qualité de l’effectif oblige) que le numéro 2 des Hawks. Le joueur de Boston paierait-il là cette obligation d’altruisme ‘


Ailiers

Josh Smith : Représentant l’avenir de la franchise de Georgie, les progrès de Josh Smith sont tout simplement impressionnants. Alors qu’il n’était par le passé qu’une machine à dunker, son apport dans le jeu collectif des Hawks est aujourd’hui considérable. Très complet (18 pts, 8 rbs, 4 pds et 3,4 contres) beaucoup pensent qu’il pourrait être le prochain joueur à effectuer un quadruple double ! Cette performance incroyable est désormais envisageable tellement ce joueur a franchi des paliers techniquement. Cette saison, on peut le voir passer son joueur en dribble voire s’arrêter à mi distance pour un tir en suspension : des mouvements impensables au de vu sa pauvreté technique il y a encore 3 ans. Même si il demeure l’un des joueurs les plus spectaculaires de la ligue, son adresse à trois points reste encore très aléatoire (22 %) et, est peut être la cause de sa non sélection.

Hedo Turkoglu : Alors qu’il réalise de loin sa meilleure saison en NBA, Hedo est considéré comme l’arme offensive numéro 2 des Magic. Malgré un contrat bien inférieur à celui de Rashad Lewis, le turc présente des statistiques supérieures : 19,4 pts, 6,2 rbs et 4,6 pds. Outre ces chiffres, en observant les systèmes de jeu d’Orlando, on peut comprendre que Stan Van Gundy a articulé son attaque autour de ce joueur ultra polyvalent. Technique et délié comme un joueur arrière, cet ailier de 2,08m est, à l’instar de Ray Allen, le maître à jouer dans les moments chauds (Cf. son buzzer beater face aux Celtics). So point faible : la défense.

Richard Jefferson : Bien que son équipe réalise une saison moyenne (21 victoires-29 défaites), KJ est toujours régulier au niveau statistique : 23,5 pts à 46%. Le fait d’être le 6ème meilleur scorer de la ligue n’est pas suffisant pour une convocation au match des étoiles.


Pivot

Rasheed Wallace : Dans une sélection ne comportant qu’un seul pivot, Rasheed, aurait pu espérer plus de considération d’autant plus que les Pistons réalisent une très bonne première partie de saison (36 victoires – 13 défaites). Cependant, ses statistiques personnelles ne peuvent concorder avec un statut de All Star (12,9 points et 7,3 rbs).

Conférence Ouest

Dans cette conférence, beaucoup de bonnes équipes, beaucoup de bons joueurs donc forcément beaucoup de déçus. Là encore, ces joueurs pouvaient légitimement espérer être invités à la prochaine fête de la Nouvelle Orléans…

Arrières

Tony Parker : Un article lui avait été consacré : même si Tony Parker réalise la meilleure saison de sa carrière et qu’il est devenu indiscutablement l’un des meilleurs meneurs de la Ligue, les Spurs ne dominent plus la Conférence Ouest comme par le passé. Aussi, la concurrence au poste de meneur fait rage à l’Ouest du Mississipi. Pire encore, ne pas dissocier meneur et arrière a vraisemblablement joué en sa défaveur et donc, de ce fait, T.P. devient l’un des rares joueurs MVP des NBA Finals en titre à ne pas participer au All Star Game.

Baron Davis : son sens du spectacle, son influence sur les résultats de l’équipe et tout simplement son talent étaient reconnus par tous, mais aujourd’hui Baron Davis est surtout considéré comme un mal aimé. En effet, Stephen Jackson avait prévenu «il serait injuste que Baron ne soit pas sélectionné » …problème Jacks avait eu un bon pressentiment. Depuis l’annonce des remplaçants de cet All Star Game, la polémique ne cesse de grandir. Charles Barkley disait même « comment un joueur qui a éliminé tout seul le premier de la saison régulière peut il être oublié des coachs ‘ », en effet, on se souvient des exploits en play-offs de Baron Davis…Cette saison le numéro 5 des Warriors ne démérite pas non plus : 21.7pts, 8pds, 4.8rbs et deuxième intercepteur de la ligue en bref des statistiques de All Star. De plus Golden State affiche un bilan très positif de 30 victoires-20 défaites dans une conférence Ouest au niveau très relevé. Bref, sa non-sélection fait un mini scandale en NBA…

Manu Ginobili : Plébiscité par toute l’Amérique du Sud, El Manu est bel et bien de retour. Réalisant sa meilleure saison au niveau du scoring (19,1pts/match), l’Argentin est incontestablement le troisième membre du Big Three de San Antonio. Peu conventionnel, Manu Ginobili n’en est pas moins un joueur fantasque et…efficace (43,5% aux tirs, 39 % à trois points et 82.6 % aux Lancers Francs). Devant comblé l’absence de T.P., on peut comprendre la polyvalence de ce joueur (4,8 rbs, 4,5pds, 1,7 int et pouvant figurer dans le top Ten pour n’importe quel type d’actions : dunks, assists, blocks, steals, dribbles…) en le voyant monter la balle et annoncer les systèmes de jeu. Comme le français, il paye vraisemblablement la concurrence redoutable dans cette conférence Ouest

Deron Williams : En play-offs l’année dernière, il était l’un des rares joueurs à avoir rivalisé avec son vis-à-vis Tony Parker. Cette saison, Deron Williams continue sur sa lancée : 19,1pts et presque 10 pds/ match soit en pratiquement un double-double de moyenne. Le plus impressionnant n’est cependant pas cette ligne statistique mais plutôt ses pourcentages de réussite aux tirs : 51.4% et plus de 40% à trois points ! Au niveau collectif, il n’a rien à se reprocher non plus : les Jazz réalisent encore une saison remarquable : 1er de la division Northwest devant Denver, Utah se positionne une nouvelle fois comme un adversaire redoutable en play-offs avec Deron Williams à la mène…

T-Mac : Pendant un moment de la saison, on pouvait se demander si T-Mac était vraiment utile à cette équipe des Rockets. Sans lui, Houston engrangeait les victoires alors que cela semblait plus difficile lorsque celui-ci était sur le terrain. Le collectif des Rockets semblait plus fluide car plus de joueurs étaient considérés par le scoring. Ses 22 pts, 5 rbs et 5 pds et la saison satisfaisante des Rockets n’ont donc pas réussi à séduire les coachs.

Ailiers

Josh Howard : Depuis quelques saisons, Josh Howard est devenu un joueur majeur du dispositif d’Avery Johnson. Véritable homme à tout faire dans cette équipe des Mavs, Josh est donc devenu un ailier complet passant plus de 36 minutes en moyenne sur le parquet. Scorant plus de 20pts par match et captant plus de 7 rebonds, il contribue grandement aux victoires de son équipe. Avare en compliments, son coach a même déclaré que « Josh is under estimated » (sous-estimé)…probable si l’on considère la saison qu’il réalise avec son équipe.

Pivots

Marcus Camby : Une fois de plus, le pivot des Nuggets semble destiné au titre de meilleur défenseur de la ligue. Captant plus de 14 rebonds par match, il est réellement le patron de la défense de Denver. Sans lui, la franchise du Colorado n’afficherait sans doute pas un tel bilan : 30 victoires et 19 défaites. Malheureusement pour lui, beaucoup pensent que Denver ne mérite pas plus de deux représentants pour ce match des étoiles…

Bref, lésés par les coachs, ces joueurs feront à coup sûr parler d’eux pendant la deuxième partie de saison…vivement le printemps, vivement les matchs à pression, vivement les play-offs !!!!

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA