Dossier NBA : Le meilleur du pire

by Julien | Posted on lundi, mai 12th, 2008

Worst Valuable Player : Zach Randolph

Recruté pour être le leader offensif de la nouvelle équipe des Knicks version 2007-2008, Zach Randolph quitte les Blazers de Portland sur une belle saison. 24pts, 10rbds de moyenne et un statut de futur All Star, Isiah Thomas compte beaucoup sur sa nouvelle recrue à l’orée de la nouvelle saison. Bilan des opérations : Portland vient de réaliser une de ses meilleures saisons et New York flirt avec le ridicule une fois de plus. 9 victoires de plus pour la franchise de l’Oregon, pourtant privé de Greg Oden, et 10 victoires de moins pour Big Apple qui aura pour le moins raté son opération Big Men. Ni Eddy Curry ni Zach Randolph n’auront permis à Thomas de justifier ses choix. Pire, l’ancien Blazer inscrit 6 points de moins que la saison dernière, affiche une moyenne impressionnante de 0.2 contres par match pour environ 3 ballons perdus et ne tourne, pour un intérieur, qu’à 45% de réussite ! Redoutable pour celui qui devait symboliser le renouveau de New York. Ajoutez à cela quelques rumeurs de transferts et une brouille en plein match avec son propre coéquipier Nate Robinson et vous obtenez notre WVP 2008 !

Worst Coach Of The Year : Pat Riley

Comment ne pas désigner le grand Pat Riley pire entraîneur de l’année ‘ Ceux de Minnesota, Memphis ou Seattle auraient pu prendre sa place mais c’est parce que l’ancien mentor des Lakers ou des Knicks est bourré de talent qu’on est obligé de lui tomber dessus. Pat Riley disposait, au début de la saison, dans ses rangs de Dwayne Wade, Shaquille O’Neal, Ricky Davis, James Posey, Udonis Haslem, Zo Mourning, Jason Williams soit une équipe plus que potable et largement capable d’accrocher les Play Off à l’Est. Au lieu de cela les Heats de Miami ont réussi l’exploit d’être la pire équipe de la ligue. Première erreur et de taille : ne pas proposer un contrat alléchant à Posey et le laisser filer à Boston. Posey n’est pas une franchise player mais c’est le genre de joueur qui vous fait le sale boulot sans rechigner et qui, en plus, le fait bien ! Première boulette de Riley. Deuxième erreur : être incapable de motiver Shaq. A force de le harceler avec son poids, le coach de Miami n’aura réussi qu’à mettre le pivot en pré-retraite. Une fois débarqué dans l’Arizona O’neal va perdre ses kilos superflus et se remettre à jouer, n’oubliant pas d’égratigner son ancien patron au passage par des déclarations bien senties dans la presse. Troisième boulette : prendre la fin de saison pour une vague plaisanterie et placer tous ses leaders sur l’injury list. Mettre un cinq majeur de joueurs labellisés NBDL pour les 20 dernières rencontres afin d’être sûr de récupérer le premier choix de la futur Draft c’est … désolant ! C’est aussi et surtout manquer de respect au public de Miami qui paie assez cher ses abonnements et c’est fusiller une bande de jeunes mecs vierges de toute expérience à ce niveau qui auront certainement du mal à trouver une place dans un roster NBA vu leur piètre fin de saison. Donc, Pat Riley te voici décoré du titre peu glorieux de pire coach de l’année 2007-2008.

Worst Rookie of the Year : Acie Law

Tout le monde s’accorde à dire qu’Atlanta est de retour (Cf l’excellent papier de Yoann de la semaine dernière « A-town s’est réveillée »). La partition impressionnante récitée par les Hawks face aux Celtics lors du premier tour des Play Offs laisse présager un futur ambitieux pour la bande de Joe Johnson. Malheureusement un bonheur n’est jamais vraiment complet. Si Al Horford a rempli à merveille son rôle de Rookie, allant chatouiller Kevin Durant pour le titre de Rookie de l’année, on ne peut en dire de même pour Acie Law. 11ème choix de la dernière Draft beaucoup voyait en Law le complément parfait de Johnson pour mener l’attaque d’Atlanta. Il n’en fut rien ! Avec 4pts, 2 passes et 1 ballon perdu en 15 minutes de temps de jeu, le jeune meneur Scoreur n’est jamais parvenu à passer devant des joueurs comme Tyronn Lue, Anthony Johnson ou Speedy Claxton. L’arrivée de Mike Bibby dans les rangs des Hawks aurait du avoir raison des ambitions de Law mais la lente descente aux enfers de l’ancien leader des Kings laisse une fenêtre ouverte à l’ancienne vedette de la fac de Texas. Après tout, beaucoup de joueurs ont manqué leur première saison avant de réellement exploser… c’est tout le mal que l’on souhaite à Law.

Worst Défensive Player : Steve Nash

Elegant, virtuose, rapide, précis, adroit … les adjectifs ne manquent pas pour décrire le fantastique « play maker » qu’est Steve Nash. Intenable en attaque, le double MVP est par contre une cible de choix en défense. Le bon Steve est une passoire en défense c’est avec un plaisir non dissimulé que ses adversaires mutilent la défense des Suns. Prenons des exemples concrets : Allen Iverson en saison régulière affiche une moyenne de 26ppg. Contre les Suns « The Answer » monte à 28ppg. Chauncey Billups, 17ppg contre 23ppg contre les Suns ; Chris Paul, 21ppg contre 29ppg face à Nash ; Andre Miller des Sixers, 17ppg contre 21ppg de moyenne face à Phoenix. Tony Parker aura même poussé la démonstration jusqu’à l’extrême au premier tour des Play Off en passant une moyenne de 29ppg sur 5 rencontres. Bref Steve Nash est sans doute l’un des joueurs les plus fantastiques que la ligue n’est jamais connue mais ce n’est pas grâce à sa défense qu’il restera dans les annales de la NBA.

La Régression de l’année : Eddy Curry

J’ai la stature de Shaquille O’neal avec les muscles et le talent en moins, je suis incapable de terminer une saison à cause de mes kilos en trop, je prends à peine 5 rebonds par match alors que je joue pivot, depuis mon entrée en NBA je n’ai jamais été capable de délivrer une passe décisive de moyenne sur une saison… je suis, je suis… Eddy Curry bien sûr! Alors que le jeune homme semblait définitivement lancé l’année dernière après une saison complète et très solide (20ppg et 7rpg) tout s’est de nouveau écroulé cette année. Le pivot de New York inscrit 6 points de moins, prends 3 rebonds de moins et n’a pris part qu’à 59 rencontres sur l’ensemble de la saison. Isiah Thomas misait sur ses deux intérieurs pour redonner à New York un peu de crédibilité et bien c’est pour le moins raté puisqu’ils sont tous les deux complètement passé à côté de leur sujet ! Espérons que la première action du nouvel homme fort des Knicks sera des les virer tous les deux… sinon la raquette New Yorkaise restera la risée de la ligue.

Pire 5 de l’année : Stephon Marbury, Ben Gordon, Ricky Davis, Antoine Walker et Ben Wallace

Notre pire 5 majeur de l’année regroupe quelques uns des meilleurs spécimens qu’il faut éviter de compter dans son effectif. Marbury pour l’ensemble de son œuvre et son exploit d’avoir réussi à monter toute son équipe contre lui. Celui qui s’auto-proclamait il y a peu comme le meilleur meneur de la NBA n’est plus en odeur de sainteté dans sa propre ville et devrait avoir du mal à relancer une carrière qui semble désormais derrière lui. Ben Gordon pour avoir complètement fichu en l’air sa saison, celle des Bulls et sa réputation avec. Parce que le front office de Chicago n’entendait pas lui donner la prolongation de contrat qu’il désirait et parce que son nom revenait souvent dans les rumeurs de transferts avec Kobe Bryant en début de saison, le jeune arrière des Bulls a décidé de faire sa mauvaise tête. Le joueur est toujours aussi bon comme en témoigne ses stats mais beaucoup déplore son caractère individualiste qui ne rentre sur le parquet que pour shooter et se montrer.

Ricky Davis pour avoir réussi l’exploit de faire regretter Antoine Walker aux Heats de Miami. Censé apporter du peps et du soutien à Wade dans le 5 de Miami, Ricky Davis n’aura jamais retrouvé son niveau de jeu de Boston et Minnesota. Davis en a même perdu sa place de starter dans la pire équipe de la ligue, c’est dire.

Antoine Walker pour avoir réussi l’exploit de faire regretter Ricky Davis aux Wolves de Minnesota. Pour un joueur qui tournait à 20ppg et 9rpg il y a trois ans on peut dire que la dégringolade est plus que sévère. Walker c’est aujourd’hui 8ppg et 4rpg pour 19 minutes de moyenne dans l’une des plus mauvaises équipes de la NBA. Ce qui n’empêche pas notre bon Antoine de continuer de jouer pour sa pomme : en 19 minutes Walker prend tout de même 8 shoots en moyenne soit environ 1 shoot toutes les deux minutes… le pire c’est que l’intérieur des Wolves prends 4 fois sa chance sur 8 derrière la ligne à trois points. Superbe ! Surtout quand son pourcentage de réussite atteint des sommets comme 36% à 2 points et 32 à 3pts.

Ben Wallace pour sa pré-retraite entamée à Chicago et terminée à Cleveland. Je ne m’attarderai pas sur le cas Wallace pour l’avoir assez fait lors de mes précédents articles (cf. Top et Flop de la saison). Juste dire que là ou Big Ben et son énorme contrat apporte 3ppg et 7rpg en Play Off, Drew Gooden apportait 11ppg et 8rpg la saison passée. Je pense qu’il est temps pour l’ancien taiseux de Detroit de définitivement prendre sa retraite et pour Danny Ferry de changer de métier !

Uncitizenship award : Carmelo Anthony

Pour s’être fait prendre en conduite en état d’ivresse et possession d’arme illicite l’ailier des Nuggets mérite notre récompense. Anthony n’a pas dû comprendre le rôle de modèle qu’il est censé tenir auprès des jeunes fans qui le prenne comme modèle.

Donnez votre opinion!

Pour voter pour le pire joueur NBA de la saison 2007-08, répondez à notre sondage dans le forum.

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA