Dossier NBA: Lamar Odom – le facteur X

by Julien | Posted on lundi, juin 9th, 2008

Le couteau suisse par excellence

Dès son arrivée en NBA, Lamar Odom est annoncé comme un joueur hybride. Grand comme un intérieur, rapide comme un ailier et muni d’une vision de jeu digne des meilleurs meneurs, le joueur a le profil du joueur NBA du futur. Le joueur du 21ème siècle en quelque sorte. Drafté par les Los Angeles Clippers, Odom rentre dans la politique de reconstruction incessante des Californiens. Aux côtés des jeunes Olowokandi, Quentin Richardson et autres Darius Miles, l’ancienne vedette de Rhodes Island, se fond parfaitement dans cette équipe qui ressemble plus à une équipe universitaire qu’à une franchise NBA. Du haut des ses 2.08 m, Lamar Odom drive ses coéquipiers au poste de meneur, son coach étant persuadé qu’il tient dans son jeune joueur la relève de Magic Johnson. Ses premières saisons ne donnent pas tort au Front Office des Clippers puisque avec 17ppg, 8rpg et 5 passes de moyenne Odom affiche une marge de progression des plus intéressantes. Le sort en décidera autrement. Après trois saisons de haut niveau, sans toutefois hisser le joueur au rang des plus grands, le joueur se blesse et va manquer 53 matchs sur la saison 2001-02 et 33 sur la suivante.

Changement de cap

Voyant que les caciques des Clippers ne semblent pas enclins à signer de vrais joueurs d’expérience, Odom décide de donner une nouvelle orientation à sa carrière. Direction la Floride et le Heat de Miami où Pat Riley lui propose 6 ans d’un contrat bien juteux. Cette fois- ci, associé aux jeunes Caron Butler et Dwayne Wade, Odom est replacé par le gominé à l’interieur avec pour objectif de gober un maximum de rebonds et de donner le plus de points possibles « In the Paint ». Avec 17ppg, 10rpg et 4 passes, Lamar répond aux attentes de son nouveau club et forme même, avec ses deux compères, un trio très prometteur. Arrivé comme meneur, reconverti comme intérieur, le joueur n’a toutefois pas réussi à s’imposer comme LE leader du Heat. La révélation Dwayne Wade va permettre aux Floridiens de faire grosse impression en Play Off et à Odom de remplir un rôle qu’il préfère : le lieutenant de luxe. Malheureusement, le Heat décide de donner du poids à sa raquette et de permettre à Wade de trouver un mentor pour qu’il s’épanouisse le plus rapidement possible. Ironie du sort : c’est à Los Angeles que Riley va trouver son bonheur avec le transfert historique du gros Shaq. Retour à l’envoyeur après seulement une saison mais cette fois- ci, c’est du côté des prestigieux Lakers que Lamar Odom va poser ses valises.

Un rôle confirmé

Dans sa cinquième saison avec les Lakers, Odom a oscillé entre le bon et le moins bon. Malgré des blessures à répétition, le joueur a le mérite de s’intégrer parfaitement dans l’attaque en triangle de Phil Jackson et de ne pas subir le courroux du capricieux Kobe Bryant. Malgré tout, Lamar Odom voit souvent son nom cité dans les rumeurs de transfert. Seule valeur marchande de l’équipe en dehors de Bryant, les Lakers en font rapidement la cause de leurs échecs récurrents dans la conquête du titre. Après avoir envoyé Caron Butler à Washington contre le déprimant Kwame Brown, Phil Jackson et les siens ne savent plus quoi faire pour redonner des victoires aux Lakers. Odom sent son heure venir et la volonté de Bryant de faire bouger les choses ne fait que confirmer son destin final. Après les blessures aux Clippers, l’avènement de Wade à Miami, c’est le manque de réussite de son équipe qui semble annoncer un nouveau voyage à Odom. Etonnamment cette fois- ci, l’intérieur va avoir Noël avant l’heure et le barbu aux cadeaux va arriver dans la cheminé des Lakers déguisé en General Manager des Grizzlies de Memphis. Car en récupérant Pau Gasol sans même envoyer Odom dans le trade, les Lakers vont se trouver un duo d’intérieur complémentaire et altruiste. Gasol, à l’instar du numéro 7 angelinos, est un intérieur intelligent qui sait s’effacer au profit de Kobe Bryant et son entente avec Odom est du pur bonheur pour tout puriste qui se respecte. Grâce à leur complémentarité, les deux joueurs offrent un maximum d’alternative à Phil Jackson et Odom se révèle comme un « impact player » indispensable aux Lakers. Quand Lamar Odom va… Los Angeles va et quand il passe à côté , Kobe et les siens ont bien du mal à s’imposer.

Désormais en finale, les Lakers vont devoir s’employer pour vaincre de solides Celtics. Le défi qui s’élève devant le couteau suisse Californien est de taille : stopper ou plutôt ralentir l’impact de Kevin Garnett. S’il y parvient, les Lakers seront champions et Odom aura gagné ses lauriers de lieutenant de star. S’il échoue, Phil Jackson va sûrement réfléchir à nouveau à se renforcer sur le poste d’ailier et Odom devrait être la monnaie d’échange. On parle déjà de la probable arrivée de Ron Artest … Avec le retour de blessure d’Andrew Bynum, Pau Gasol va se décaler au poste 4 et Odom au poste 3. On sait déjà que le joueur est beaucoup moins efficace à l’aile mais s’il permet aux Lakers de récupérer une bannière le front office pourra difficilement faire sans lui. Les prochains jours seront donc déterminants pour l’avenir proche du Factor X angelinos.

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA