Dossier NBA : la Central Division à la loupe

by Julien | Posted on lundi, septembre 22nd, 2008

1er – Detroit Pistons, la dernière année

Joe Dumars n’est pas homme à changer pour changer. Pourtant lors de l’élimination de ses Pistons la saison dernière en finale de conférence en six manches, le patron a dit stop ! Pour la première fois depuis de nombreuses années, Dumars s’est dit prêt à recevoir toutes les propositions pour tous les joueurs de son effectif à l’exception de Rodney Stuckey et Jason Maxiell. Un ange passe et le silence s’est fait dans le vestiaire des Pistons. Billups, Wallace, Prince et Hamilton à vendre ‘ Etonnant mais stratégiquement très intelligent de la part du moins brillant Général Manager. Conscient de l’âge avancé de ses troupes, Dumars sait que la roue tourne et que ses vieilles ouailles n’ont plus beaucoup de temps devant eux pour ravir un nouveau sacre. Il sait aussi que ses quatre fantastiques sont encore des all star en puissance et que la moindre monnaie d’échange devra être, au minimum, équivalente à leurs talents. Il sait aussi que l’ensemble de son effectif se sait désormais menacé et que ses joueurs vont se défoncer pour garder leurs places. Pour l’instant rien n’a bougé, on le répète, Joe ne change pas pour changer et c’est aussi la recette de son succès. La stabilité reste mère de nombreux trophées et rien que pour cela les Pistons devraient conserver leur place de leader au sein de la division… au moins pour cette saison.

2nd – Cleveland Cavaliers, résultats obligatoires

Cleveland se rapproche de Detroit sans jamais vraiment les dépasser. La faute à un effectif talentueux mais irrégulier. La faute également à Danny Ferry, Général Manager, incapable de coup de folie comme son homologue Danny Ainge qui a réussi, en échangeant les ¾ de son effectif, à ramener le titre à Boston. Ferry est timide, beaucoup trop timide, et les quelques changements qu’il a osé effectuer n’ont jamais rien apporté. Ben Wallace, trop vieux et trop démotivé, Joe Smith, déjà transféré, Wally Szczerbiak, éternelle déception, Delonte West, meneur remplaçant qui n’a rien d’un titulaire. Au milieu de tout ça, il y a Lebron James qui doit certainement être tiraillé entre l’amour pour sa terre natale et son envie d’ailleurs … Là ou les dollars du marketing couleront à flot. Pourtant, dans cet effectif, il y a des joueurs « type ». Comprenez des joueurs capables de remplir un rôle, un seul, mais de le faire suffisamment bien pour gagner un titre : Gisbon et Pavlovic et leur adresse à trois points, Varejao et ses rebonds, Ilgauskas et l’efficacité de ses 2.20m. D’autant que Ferry vient enfin de faire une bonne transaction en acquérant le très bon Mo Williams. L’ancien meneur des Bucks a la stature pour prendre le poste 1 des Cavs. Ferry va devoir oser cette saison et ramener un dernier joueur de poids, quitte à se séparer d’un de ses chouchous, sinon James ira voir ailleurs. Ah si seulement Carlos Boozer était encore là !

3ème – Chicago Bulls, renaître enfin

Chicago a un nouveau coach sans expérience, Vinny Del Negro, et une nouvelle star, Derrick Rose. Les Bulls ont, enfin, resigné Luol Deng mais sont toujours en stand by sur le cas Ben Gordon (19ppg la saison passée quand même). En bref, et comme depuis de trop nombreuses années, la franchise historique de la Windy City se cherche encore. Certes, avec Hinrich, Deng, Rose, Gordon, Nocioni, Huges, Chicago possède des joueurs qui feraient le bonheur de bon nombre d’équipes. Mais pour l’instant tout ce beau petit monde reste à la maison alors qu’un ou deux transferts feraient le plus grand bien aux Bulls. Rééquilibrer, voilà le maitre mot qui doit guider John Paxon. La bonne marche à suivre, selon mon humble avis, est de baser son roster sur le talent de Deng et Rose, la ténacité de Nocioni et le potentiel de Noah. Tout le reste, notamment Hinrich et Gordon, devrait pouvoir amener une monnaie d’échange de talent et bien plus motivé à l’idée d’évoluer sous le maillot rouge. Si tout reste en l’état, Del Negro devra mobiliser un groupe talentueux mais individualiste. Si le nouveau coach est de la race des grands, alors les Bulls peuvent chatouiller les Cavs. S’il échoue …

4ème – Milwaukee Bucks, trouver l’alchimie et lutter

Il y a cinq ans Richard Jefferson disputait ses deuxièmes finales consécutives aux côtés de Jason Kidd et Kenyon Martin. Aujourd’hui, l’ailier s’apprête à débuter la saison sous l’uniforme des Bucks de Milwaukee et à disputer une saison qui peut vite devenir très, très, très longue pour lui. Jefferson sait qu’il perdra plus de matchs qu’il n’en gagnera. Il sait aussi qu’à ses côtés il y aura le fantastique Michael Redd, le besogneux Andrew Bogut voire le prospect Ramon Session. Il sait également que c’est à peu près tout. L’ancien Net ignore si l’alchimie prendra mais il n’a aucun doute sur les efforts qu’il va devoir déployer pour faire de cette fichue galère une belle histoire. Les Bucks devront toucher du bois et espérer que les blessures les laisseront tranquilles sans quoi une dernière place de division est à envisager. Redd et Jefferson ont suffisamment de talent pour éviter cette place de lanterne rouge mais quelque chose nous dit qu’ils ont tous les deux déjà en tête des envies de transferts. Le transfert surprenant de Mo Williams du côté de Cleveland n’a, d’ailleurs, pas du arranger les choses.

5ème – Indiana Pacers, bâtir

Larry Bird a fait table rase du passé en envoyant Jermaine O’Neal aux Raptors. L’ancienne légende des Celtics s’engage, sans avoir trop le choix, dans une longue période de transition où il va essayer de construire un effectif prometteur. Pour cela, Bird pourra s’appuyer sur le très jeune mais très talentueux Danny Granger (19ppg et 6rpg) promu franchise player des Pacers. A ses côtés, coach Jim O’Brien placera certainement TJ Ford à la mène, le rookie Brandon Rush au poste 2, et les expérimentés, à défaut d’être géniaux, Murphy et Foster « in the paint ». D’ici là le spectaculaire mais parfois inefficace, Jamaal Tinsley devrait être transféré. Indiana va souffrir cette année mais les Pacers n’auront pas la pression des équipes attendues. Idéal pour travailler sereinement et monter doucement en pression.

NBA Preview Saison 2008-2009:
NBA Atlantic Division à la loupe
NBA Central Division à la loupe
NBA Southeast Division à la loupe
NBA Northwest Division à la loupe
NBA Pacific Division à la loupe
NBA Southwest Division à la loupe

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA