Dossier NBA : L’énigme Greg Oden

by Julien | Posted on lundi, avril 27th, 2009

Un buzz qui s’éteint petit à petit

On le sait la NBA est un business de requins où seuls les forts survivent. Il est encore plus difficile de se faire un nom quand on est attendu comme une superstar en devenir. Certains ont répondu avec classe comme les Kobe Bryant ou Lebron James. D’autres n’en sont jamais revenu comme Kwame Brown ou Darko Milicic. Certes, ces deux derniers n’étaient pas annoncés comme les nouvelles terreurs du championnat mais leurs cotes de popularité étaient malheureusement bien trop surévaluées par rapport à leur véritable niveau de jeu. La dernière victime en date de la Hype évolue sous les couleurs de Portland. Greg Oden a connu une carrière universitaire courte mais couronnée de reconnaissances individuelles. Avec Ohio, le pivot a mené son équipe jusqu’en finale du Final Four où il échoue les armes à la main (25pts, 12rbds et 4contres) face aux Gators de Florida de Joakim Noah.

Dès lors, beaucoup le compare à un mix de Tim Duncan et Dikembe Mutombo, alliant mouvements offensifs efficaces et défense féroce sous les panneaux. Une petite année de fac et puis s’en va, Oden décide qu’il a assez appris sur les bancs de l’école et décide d’aller défier son rival, Kevin Durant, à la Draft 2007. Commence alors une bataille médiatique dont les deux joueurs sont plus victimes qu’acteurs. Qui sera numéro 1 ‘ Qui aura la chance de rejoindre la prometteuse formation de l’Oregon et son franchise player, Brandon Roy ‘ Les habituels « work out » montrent que la compétition, qui semblait jouée d’avance, va finalement être plus indécise que prévue. La faute à un Kevin Durant qui se révèle être bien plus performant que prévu. Oden, lui, semble plus frustré et les premiers matchs de pré- saison ne vont rien arranger à la chose. Finalement choisi par Portland, le jeune intérieur, rate ses premiers matchs amicaux et commet énormément de fautes directes qui le poussent à rapidement rejoindre le banc de touche. Trop lent, perdu sur le terrain, maladroit … Greg aurait-il mal jaugé le niveau des pros ‘ Un malheur ne venant jamais seul, Greg Oden se blesse avant même le début de la saison et devra passer le reste de l’année à regarder Kevin Durant devenir une des stars de la ligue.

La saison 2008-2009 devait donc être la sienne et le titre de Rookie de l’année une broutille. Pour son premier mois de NBA, le pivot apprend et progresse, laissant entrevoir une belle progression. Avec 9ppg, 8rpg et 1.5bpg en 22 minutes de présence sur le terrain lors du mois de novembre, Greg Oden doit encore confirmer mais Kevin Pritchard, GM des Blazers, respire. La nuit de noce ne dure pas longtemps puisque lors des deux mois suivants, Nate Mac Millan fait de son intérieur un titulaire, attendant de son joueur qu’il prenne la dimension qui lui est promise. Mais rien n’y fait, Oden ne décolle pas et ses prestations sont trop souvent raccourcies par un gros problème de faute. Le n°52 de Blazers est le joueur NBA qui fait le plus de faute par match ! Avec près de 4 fautes par match, Oden devance Jason Thompson des Kings (3.8fpg) qui joue environ de 10mn de plus que lui. Sur 48 minutes, l’intérieur ferait 8.7 fautes par match. Nouvelle preuve que le joueur de Portland a du mal à contenir le rythme imposé par ses adversaires. De plus, Greg Oden peine à faire des passes à ses coéquipiers (0.5apg), perd trop de ballons pour un intérieur (1.43)… Bref Greg Oden est loin du niveau de jeu auquel on l’attendait.

Ultime signe de son incapacité à s’imposer, Nate MacMillan doit se rendre à l’évidence et remettre son poulain en couveuse, lui préférant le vétéran Prizbilla au poste de pivot titulaire. Sa fin de saison régulière sera entrecoupée d’aller-retour avec l’infirmerie. Greg Oden semble un colosse aux pieds d’argile et ses trop fréquentes blessures limitent de plus en plus son influence sur le jeu. Son temps de jeu diminue et son impact avec.

Eclosion ou explosion ‘

Aujourd’hui, peu de personne se prononce sur le cas Greg Oden. Tout simplement parce que le bonhomme semble véritablement en avoir sous la semelle et qu’il y a véritablement une chance que le prospect sorte de sa coquille pour devenir l’intérieur dominant qu’on attend. Il y aussi une chance qu’il suive les traces des Milicic et autres Kwame Brown cités plus haut. Pour son entrée en NBA Tim Duncan avait 21 ans et tournait à 21ppg, 12rpg, 2.5bpg et 2.7apg. Dikembe Mutombo est arrivé sur les parquets à 25 ans et a gratifié Denver de 17ppg, 12rpg, 3bpg et 2.2apg. Les deux hommes sont connus pour être arrivés en NBA sur le tard mais avec un bagage technique qu’il semble indéniablement manquer à Oden.

Deux choix s’offrent au pivot de Portland : prouver qu’il peut s’imposer comme l’un des pivots dominants de la NBA et faire des Blazers une des équipes dangereuses de ces dix prochaines années, ou s’enfoncer encore un peu plus et devenir un des flops de la ligue. Pour le moment, sa campagne de Play Off tourne au cauchemar. Là où les spécialistes l’attendaient au tournant, Greg Oden, malgré un premier match encourageant (15pts et 5rbds), reste sur les mêmes bases décevantes que sa saison. 4 points, 4 rebonds et 6 fautes en 12 minutes lors du Game 2 ; 6 points, 4 rebonds et 5 fautes en 21 minutes lors du Game 3. Frustrant et inquiétant pour les Blazers.

Le risque pour Greg Oden est de voir son équipe se faire sortir dès le premier tour par Houston. Risque car le front office de Portland n’aura certainement pas la patience d’attendre que son pivot se réveille. Les Blazers ont le potentiel pour s’imposer et jouer le titre dans les années à venir et Greg Oden représente encore une bonne valeur marchande. Les noms d’Amare Stoudemire et Chris Bosh circulent déjà dans les travées du Rose Garden… Alors Greg Oden, tout feu tout flamme ou simple feu de paille ‘

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA