Dossier NBA: L’heure des Français ‘

by Julien | Posted on jeudi, septembre 11th, 2008

Se rattraper

Tony Parker n’a pas remporté son 4ème titre NBA. Eliminé en cinq manches sèches, le Français pourra justifier que l’année passée était paire et que les Spurs sont plus en forme sur les années impaires. Il pourra surtout constater le vieillissement évident de son équipe et la difficulté grandissante des Spurs à attirer des free agent d’avenir. Si les Texans ne parviennent pas à renouveler leur roster, alors il se pourrait bien que les Spurs s’inclinent même sur les années impaires. Sur un plan individuel, on ne pourra pas reprocher grand-chose à Tony Parker qui aligne sensiblement les mêmes stats que sur la saison 2006-07. Idem sur les Play Off où le meneur français mène la barque à la marque (22ppg) devant Duncan (20ppg) et Ginobilli (18ppg) et parvient presque comme chaque année à hausser son niveau de jeu. Pas de doute Tony Parker est un des tous meilleurs meneurs de la NBA … Alors pourquoi règne-t-il ce sentiment d’insatisfaction générale ‘ Peut-être parce que tout le monde aimerait voir Tony franchir ce dernier pallier qui le hisserait au niveau du top 3 des meneurs NBA. Il faut être franc et admettre que notre N°9 national est loin du niveau d’un Chris Paul, d’un Steve Nash ou d’un Deron Williams. N’a-t-il d’ailleurs pas manqué sa sélection au All Star Game sans que cela ne choque quiconque ‘ Pour s’élever au rang des plus grands, Parker devra avoir une plus grande influence sur le jeu et pas seulement sur les points marqués.

Boris Diaw, quant à lui, ferait bien de montrer autre chose que ce qu’il a pu faire la saison passée. Boris sort tout simplement de sa plus mauvaise saison depuis Atlanta ce qui a comme conséquence de voir son nom évoqué dans plusieurs rumeurs de transferts. Il faut dire que le joueur coûte cher à Phoenix et qu’il est loin, très loin, de rapporter autant qu’il coûte. Diaw traîne une certaine nonchalance déconcertante quand il débute sur le banc (8ppg, 4rpg et 3apg) qui contraste avec son envie de bien faire quand il est starter (12ppg, 6rpg et 5apg). Le danger pour le capitaine de l’équipe de France est que Terry Porter sera certainement moins patient que ne pouvait l’être Mike D’Antony, véritable avocat de Diaw. Boris joue aux côtés de joueurs de qualité qui peuvent aisément mettre en valeur ses qualités de créateurs. Jouer aux côtés d’O’neal, Stoudemire ou Nash ne devrait pas être un problème mais plutôt une solution pour celui qui fut quand même MIP de la ligue il y a trois saisons. Tout le monde connaît les qualités évidentes du joueur et ses prestations lors du premier tour des Play Off plaident en sa faveur (15ppg, 6rpg et 5apg avec notamment 20pts, 10rbs et 8p sur le game 4 et 22pts, 8rbs et 8p sur le game 5). A lui maintenant de saisir sa chance et de montrer à Terry Porter qu’il peut être une véritable alternative.

S’imposer

Ils sont quatre … comme les quatre fantastiques ou les quatre mousquetaires ou surtout les quatre désillusions ! Mike Pietrus, Ronny Turiaf, Joakim Noah et à un degré moindre Yakouba Diawara ont ce qu’il faut pour jouer un rôle majeur en NBA. Peut-être pas le rôle titre mais au moins un second ou troisième rôle. Pour le moment le moins que l’on puisse dire c’est que ces quatre là ne nous ont pas montré qu’ils avaient leurs places parmi les meilleurs. Chacun est capable de coup d’éclat, ils sont tous capable de tenir, sur un match, la dragée haute aux meilleurs joueurs de la ligue mais ils sont surtout incapables de maintenir ce niveau de jeu sur une saison entière. Utilisé principalement pour leurs qualités défensives, ces quatre là n’ont pas forcément la confiance de leurs coachs. C’est sûrement ce qui a poussé trois d’entre eux à changer de crèmerie, ce qui est, pour chacun d’entre eux, plutôt une bonne décision. Tous dans des franchises en reconstruction, ils auront leurs cartes à jouer durant cette saison : Pietrus doit devenir un titulaire en puissance et mettre sa défense et son adresse à trois points aux services d’Howard, Turkoglu et Lewis. Idem pour Diawara qui devrait apporter des solutions défensives intéressantes dans la rotation des Heat qui compte surtout des attaquants. Turiaf, quant à lui, a préféré l’assurance d’un contrat à la chance de remporter un titre … discutable mais compréhensible pour celui qui devrait jouer un rôle plus important dans une formation des Warriors qui va chercher du sang frais pour se relancer. Le petit dernier de la bande, Joakim Noah, va lui devoir apprendre à fermer sa grande bouche et motiver ses troupes autrement. Il doit absolument transposer ce qu’il arrivait à faire à l’Université à sa nouvelle équipe des Bulls. Jooks est charismatique et le rajeunissement de son équipe devrait lui plaire. Derrière Rose, Noah va devoir prendre de l’envergure et gagner en régularité sans ça il pourrait rapidement devenir de la monnaie d’échange.

Prouver

Les Supersonics ne sont plus … Vive les Thunder d’Oklahoma City. Un éclair, on espère bien en voir dans les yeux de nos deux futurs Thunder. Petro et Gelabale sont pour le moment la cinquième roue du carrosse français. Leur impact est anecdotique et leur avenir incertain, à tel point que l’on se demande bien comment le GM des Sonics a bien pu les garder. Gelabale qui était un joueur d’impact en Europe n’arrive pas à trouver le rythme en NBA. Petro quant à lui n’est qu’un joueur de banc qui aligne des stats honorables (6pg et 5rpg) mais pour quel avenir ‘ Si les Sonics décident de renforcer une raquette incroyablement faible, Johan sera le premier plomb à sauter ! Les Sonics viennent de franchir un virage historique de leur histoire en déménageant vers l’Oklahoma , espérons que nos deux français ne suivent pas une ligne droite qui les mènerait directement à la ligue de développement synonyme de régression pour qui prétend à du temps de jeu en NBA !

Débuter

Commencer comme Rookie en NBA est difficile. Seul Tony Parker avait réussi à s’imposer directement, pour les autres Français l’aventure s’est généralement limitée à quelques apparitions et surtout beaucoup d’apprentissage. Cette saison, trois d’entre eux tente leurs chances, Ian Mahinmi qui ressort d’une année fructueuse en NBDL, Nicolas Batum avec les Blazers et Alexis Ajinca avec les Bobcats. La tâche s’annonce compliquée pour les trois mais pas impossible. Mahinmi a démontré dans la ligue de développement son potentiel et Pop ne s’est pas trompé en l’invitant à rejoindre le roster des Spurs non sans le prévenir qu’il était loin d’être arrivé. Quoi qu’il en soit le coach des Spurs sait qu’il doit renouveler son effectif et si possible avec des jeunes pousses ! Horry et Thomas ayant largement dépassé l’âge de raison, il est temps pour Ian de s’imposer dans la rotation pour faire souffler le grand Tim. Batum, lui, est certainement dans l’équipe la plus existante de la ligue. Jouer pour les Blazers de McMillan c’est jouer avec Brandon Roy, Greg Oden, Jerry Bayless, Lamarcus Aldridge et Rudy Fernandez … de la bombe pour faire simple. C’est jeune, ça court, ça shoot et ça attaque, que demander de plus. Nicolas a pour lui une expérience en Euroleague qui devrait lui servir à supporter la pression. De plus les regards seront, d’avantage, braqués sur Oden et Fernandez que sur l’ancien Manceau, une chance. Il devra cependant forcer sa nature et ne pas tomber dans les travers de son ainé, Boris Diaw. A savoir jouer uniquement pour les autres et se planquer pour éviter de prendre ses responsabilités. Car les effectifs jeunes et talentueux comme celui de Portland sont à double tranchant : soit, tu rentres dans le moule et tu joues, soit, tu échoues et tu regardes du banc des potes courir.

Pour Alexis Ajinca, c’est très difficile de se faire une idée et de se persuader qu’il a une chance de s’imposer. Il ne faut pas se cacher que c’est uniquement sa taille qui a fait de lui un Bobcat car son passé dans le championnat de France et plus que léger. De plus à Charlotte il devra passer devant Emeka Okafor, Sean May et Nazr Mohamed pour espérer jouer un tant soit peu. Larry Brown est réputé pour être un « teacher coach » mais aussi un entraîneur qui fait rarement confiance à ses rookies. La saison devrait être longue pour le pivot mais personne ne peut lui reprocher de suivre son rêve … non personne.

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA