Dossier NBA : L’Atlantic Division à la loupe

by Julien | Posted on mardi, septembre 16th, 2008

1er – Boston Celtics, le doublé ‘

Peu de remaniement au sein de la franchise championne. Quoi de plus normal quand on a sous son toit trois All Star du calibre de Garnett, Pierce et Allen. Les trois futurs « Hall Of Famers » ont, qui plus est, eu la bonne idée de remporter le titre dès leur première année de collaboration. Ils sont, de fait, les favoris à leur propre succession. On déplorera quand même la perte d’un des éléments essentiels de la rotation verte : James Posey. Tout le monde s’accorde à dire que le départ du discret, mais redoutable, ailier devrait cruellement manquer à Boston lors des gros rendez-vous. Pour le remplacer Danny Ainge a misé sur l’éternel espoir, Darius Miles. Etonnant vu les états de services de l’ancien Blazer. Le nouveau défi de la bande de Pierce, qui s’est auto déclaré meilleur joueur au monde durant l’été (syndrome de melonite aigue), est de répondre présent une deuxième année consécutive… Largement réalisable.

2nd – Toronto Raptors, les outsiders

Il y a du nouveau à Toronto, une nouvelle tour de contrôle a fait son arrivée sur le tarmac Canadien. Jermaine O’Neal quitte Indiana pour s’installer et se relancer dans le pays du caribou. Aux côtés du champion Olympique, Chris Bosh, il devrait former la meilleure paire d’intérieur de la côte Est. Si sa santé tient la route, il pourrait même faire des Raptors un des concurrents directs des Celtics de Boston. Avec un Jose Calderon, qui devrait se mêler à la lutte pour le titre de meilleur passeur de la ligue, promu titulaire indiscutable, Toronto aligne une équipe jeune et talentueuse. Colangelo a, une nouvelle fois, fait du bon boulot et met Sam Mitchell sur les bons rails pour atteindre au minimum une demi-finale de conférence. Ne pas atteindre ce palier serait une déception pour une franchise qui tarde à confirmer son potentiel.

3ème – Philadelphie 76ers, les underdogs

Beaucoup avaient prédit à Philadelphie une longe période de disette suite au départ d’Allen Iverson. Surprise, les sixers ont très rapidement rebondi et deviennent même une destination prisée pour les free agent. Pour preuve la signature d’Elton Brand et la prolongation acceptée d’André Iguodala. Sous la baguette du sous estimé Andre Miller, les jeunes sixers devraient faire douter pas mal d’équipes et se qualifier sans trop de problème pour les Play Off. Maurice Cheeks sait que son équipe ne fait pas partie des favoris mais préfère prendre le costume d’Underdog plutôt que celui de prétendant plus difficile à tenir pour une bande de gamins. Avec Brand et Miller pour encadrer tout ce petit monde, les fans de Philadelphie peuvent commencer à sourire, la saison ne sera pas si longue qu’on leur avait annoncé !

4ème – New York Knicks, la dernière chance

Révolution à la Grande Pomme, le roi Isiah est mort vive le roi Mike D’Antoni ! Terminées les années mornes du basket sans idées où les caractériels sont rois, place au basket champagne et au recrutement qui va avec. Le GM Donni Walsh compte bien (re)faire de New York une des places fortes du basket mondial et pour cela il a engagé un coach qui privilégie le basket que les fans adorent. Reste que, les contre-attaques et les paniers à trois points font bien lever les supporters de leurs sièges mais ils n’ont pas encore rapporté de titre à l’ancien coach des Suns. Or D’antoni avait un effectif autrement plus talentueux dans l’Arizona que celui qu’il s’apprête à diriger à New York. Les Knicks auront du mal à retrouver le chemin des Play Off dès cette saison mais quelque chose nous dit que ce n’est pas vraiment l’objectif du nouveau duo new yorkais. En effet, nos deux compères se sont lancés dans une épuration de l’effectif qui devrait prendre du temps et projettent à terme de bâtir une équipe talentueuse et surtout peu coûteuse afin de faire venir un certain … LeBron James. Voilà l’objectif des Knicks : rester attractif tout en faisant des économies.

5ème – New Jersey Nets, pour du beurre

On ne va pas revenir sur le management désastreux des Nets qui consiste à détruire son équipe sans aucun scrupule pour ses fans et à viser une utopique venue de Lebron James dans une ou deux années. Pour cela, Rod Thorn devra faire mieux qu’une dernière place de division, voire de conférence, voire de la ligue, à laquelle son équipe se destine. Ce n’est pas le vieillissant Vince Carter qui va faire des Nets un prétendant aux Play Off. Pire, il ne serait pas étonnant que le management de New Jersey aille au bout de sa logique et vire le plus gros salaire du club mais aussi le seul vrai joueur de basket d’une équipe qui ressemble de moins en moins à une équipe … de basket justement. Il serait donc étonnant que le « choosen one » s’engage dans une telle galère.

NBA Preview Saison 2008-2009:
NBA Atlantic Division à la loupe
NBA Central Division à la loupe
NBA Southeast Division à la loupe
NBA Northwest Division à la loupe
NBA Pacific Division à la loupe
NBA Southwest Division à la loupe

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA