Dossier NBA: En avant première – Les récompenses de la saison !

by Yoann Delatre | Posted on vendredi, février 15th, 2008

MVP de la saison

Kobe Bryant :

Cette saison, Kobe s’affiche comme un vrai leader. Devenu plus collectif, Bryant réalise sa meilleure saison depuis 4 années en termes de passes décisives (6,1 pds/match). Cet altruisme ayant renforcé sa légitimité au sein du groupe, Kobe est désormais LE patron de cette équipe pouvant désormais viser le titre avec le renfort de Pau Gasol. Contrairement aux années précédentes, les journalistes ne pourront plus reprocher à la star des Lakers le manque de succès de son équipe. Réalisant une très bonne saison (35 victoires – 17 défaites), Kobe s’affiche naturellement comme un candidat très sérieux à ce titre de MVP qu’il a toujours convoité !

Lebron James :

Toujours aussi complet (30.3pts, 7.8 rbs, 7.3pts), Lebron est désormais vraiment le King de la Ligue. Alors que les Cavs réalisaient un début de saison calamiteux, Lebron James a su redresser le bilan de l’équipe à lui seul. « Seul », ce n’est pas faire injure à ses coéquipiers mais force est d’avouer que King James n’évolue pas dans un effectif aussi fourni que les autres prétendants à ce titre de MVP. Souhaitant voir arriver un nouveau renfort au poste de meneur, Lebron James comptait réellement sur la venue de Jason Kidd pour pouvoir espérer accéder aux NBA Finals. Malheureusement Cleveland n’avait sans doute pas la monnaie d’échange pour pouvoir attirer un joueur de ce calibre. Lebron James ne sera sans doute pas Champion NBA cette saison. Cependant il a toute les qualités que les journalistes considèrent pour l’attribution du titre de MVP : Statistiques, Leadership et surtout une réelle influence sur les résultats de son équipe !

Kevin Garnett :

L’année passée, la ville du Maine pleurait toutes ses larmes avec le décès de Red Auerbach. Boston semblait condamner à vivre dans son passé pendant de longues années mais cet été, un grand changement a ramené les Celtics au goût du jour : la signature d’un « Big Ticket » c’est-à-dire du joueur le plus dominant de la NBA (à l’évaluation) : Kevin Garnett. Effet immédiat, les ventes de produits dérivés de la franchise explosent (Garnett est numéro 1 de la vente de maillots cette saison) mais surtout, Boston redevient la meilleure équipe de la Ligue. Blessé, KG manque réellement à son équipe qui s’impose désormais avec plus de difficultés. Etant passé d’une équipe très faible à une équipe regorgeant de talents (Pierce, Allen..), Garnett a donc vu ses statistiques personnelles baisser (19,2 pts et 9,8 rbs) mais reste néanmoins l’un des joueurs les plus craints de la Ligue !

Chris Paul :

Alors qu’il avait été blessé pendant une longue partie de la saison dernière, cette année Chris Paul éclabousse toute la NBA de son talent. Propulsant la Nouvelle Orléans à la première place de la division Southwest (devant Dallas, San Antonio et Houston !!!), CP3 mérite donc largement d’être présent au All Star Game de sa ville, et plus encore, de faire parti des prétendants au titre de MVP. Affichant un double-double de moyenne (20,5 pts et 10,9 pds), le meneur des Hornets peut non seulement se targuer de réaliser des statistiques impressionnantes, mais également d’être plébiscité actuellement comme le meilleur meneur de la Ligue. Enfin il est surtout l’un des joueurs les plus influant sur les résultats de son équipe. Bref, tous les atouts d’un MVP.

Rookie de l’année

Kevin Durant :

Pour cette récompense, en l’absence de Greg Oden, il ne fait aucun doute que Kevin Durant remportera la mise. Bien que les Sonics réalisent une piètre saison, Durant s’est imposé comme le franchise player de Seattle. Bien que les dirigeants aient tout fait pour le promulguer au rang de superstar, Kevin Durant a su supporter la pression et répondre aux attentes de ceux-ci. En effet, ses 19.4 pts et 4.1 rbs/ match lui assurent une récompense à la fin de l’année car, même si ses concurrents potentiels (Horford, Navarro, Yi, Thornton…) se sont eux aussi imposés dans leurs équipes respectives, comme lui, ils évoluent tous dans des équipes mal classées.

Meilleur sixième homme

Leandro Barbosa :

Egalement appelé Speedy Gonzalez dans l’Arizona, le Brésilien semble s’être résolu à commencer les matchs sur le banc. Visiblement cette résignation semble lui convenir parfaitement si l’on considère sa ligne de statistiques : 16.6 pts, 2.8 rbs et 2.9 pds. Outre ces chiffres, Leandro Barbosa semble également avoir acquis un statut : il peut dégainer à souhait (26 tirs contre Orlando le 11/10/2007 !!) et surtout il hérite des ballons en fin de possession, fin de quart temps et mieux encore lors des fins de matchs disputés comme contre les Charlotte Bobcats par exemple. D’autre part, au vu de la saison des Suns, ce trophée ne semble pouvoir lui échapper et ce même … si Shaq venait à débuter les matchs sur le banc, à côté de lui !

Défenseur de l’année

Marcus Camby :

Ayant frôlé plusieurs fois de réaliser un triple double grâce à ses contres, nous le disions la semaine dernière : Marcus Camby est le véritable patron de la défense des Nuggets. Captant plus de 14 rebonds par match, sans lui, la franchise du Colorado n’afficherait sans doute pas un tel bilan. Abonné de ce trophée, beaucoup de journalistes voient bien Marcus Camby poursuivre son abonnement cette année.

Meilleure progression

Chris Kaman :

Profitant de l’absence d’Elton Brand pour toute la saison, Chris Kaman est devenu le patron de la raquette des Clippers. Ayant augmenté ses moyennes de points et de rebonds de six unités, Chris Kaman est également devenu est un joueur très efficace (16.4 pts, 13 rbs et plus de 24 à l’évaluation). Devant défendre sur les meilleurs intérieurs de la Ligue, le Clipper semble aussi avoir progressé dans ce domaine si l’on considère le peu de critiques dont il est victime sur ce sujet par rapport aux années passées.

Rudy Gay :

Cette saison, sa carrière semble avoir réellement décollée ! Le prochain participant du Slam Dunk Contest a tout simplement doublé son nombre de points par match. Figurant désormais dans les 30 meilleurs scorers de la Ligue grâce à ses 20 points par match, ce chiffre devrait continuer de croître avec le départ de Pau Gasol. Jouissant d’une hype incroyable grâce à son jeu très spectaculaire, il est désormais la star de la franchise du Tennessee. Pour preuve, les dirigeants de Memphis n’ont pas hésité à miser sur lui pour le futur. Bâtissant une équipe autour de ce joueur de 21 ans seulement, les Grizzlies n’ont pas hésité à céder Pau Gasol contre des futurs tours de draft ! Même si cela reste son domaine de prédilection, le dunk n’est désormais plus son seul argument pour pouvoir décrocher ce trophée …

Coach de l’année

Byron Scott :

Connu par les européens pour avoir laisser végéter sur le banc la perle Lituanienne Macisjauskas, Byron Scott est aujourd’hui respecté pour ses résultats. Après avoir dirigé avec brio les New Jersey Nets il y a quelques années, Byron Scott est aujourd’hui en passe de réaliser un gros coup : être leader de la division la plus relevée de Ligue, la division Southwest. Imaginez plutôt : San Antonio, champion en titre. Dallas, 1er de la saison régulière de la saison précédente et ayant gardé ses joueurs majeurs dont le MVP Dirk Nowitzki. Houston, l’équipe qui s’était renforcée pendant l’intersaison et disposant la paire censée être la plus redoutable de la NBA : Yao Ming – Tracy Mac Grady !! Futur coach de la sélection Ouest du prochain All Star Game, c’est vraisemblablement une autre distinction qui est promise à ce coach si les Hornets maintiennent ce niveau de jeu !

Doc Rivers :

Pas simple de réussir à faire cohabiter trois joueurs de cette envergure. Alors que l’on doutait des facultés du Doc à mettre en place des systèmes de jeu pouvant mettre ses trois stars en valeur simultanément, le coach des Celtics a réussi mieux que ça : proposer un jeu offensif efficace et une défense solide. De plus, la qualité de ses compléments (Rondo – Perkins et le reste du banc…) était elle aussi critiquée avant le début de saison mais Doc Rivers a su faire taire tous ces détracteurs en prouvant qu’il pouvait cadrer ces joueurs dans son système. Bref, à la tête de la meilleure équipe de la NBA, Doc Rivers a su relever un challenge plus que compliqué…

Alors que l’on connaîtra ce week-end les noms des premiers récompensés de la saison, la deuxième partie de championnat risque d’être déterminante quant à l’attribution de ces trophées qui construisent le palmarès des joueurs. Tout comme pour le titre de champion NBA cette année, la bataille s’annonce donc belle, longue et sans merci !

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA