Analyse : Les transferts. Partie 1 : la conférence EST

by srtb25 | Posted on vendredi, juillet 23rd, 2010

Conférence EST :

LA conférence maîtresse de cet été ‘

Trois des superstars de la côte Est possédaient un contrat qui arrivait à échéance en 2010, et de nombreuses équipes ont fait en sorte de délester leur masse salariale. Ainsi LeBron James « The King », D-Wade et Chris Bosh étaient les joueurs les plus courtisés. New Jersey, Chicago, New York, les Clippers, Miami possédaient une enveloppe énorme pour tenter de créer une dynastie ou au contraire attirer un gros poisson pour compléter un effectif déjà compétitif. La cour faite à ces joueurs fût longue et variée. Toutes les lèvres ne retenaient que  »The decision » (celle de Lebron qui allait enclencher toute la mécanique de la free agency 2010).

Le premier coup de canon fût cependant tiré du Canada, de Toronto précisément où Chris Bosh prit le parti de rejoindre Wade sous le soleil de Miami afin de créer un duo dynamique, jeune et athlétique pour redorer le blason du club champion en 2006. Pat Riley pouvait souffler car en plus de l’arrivée de CB4, il était sur de conserver sa star floridienne le dénommé « Flash D-Wade ». Le match à la signature était lancée et l’étau se resserrait autour de LeBron, véritable icône de l’été qui se voyait proposer des contrats alléchants du côté de New Jersey et New York où il savait que la « Big Apple » pouvait lui faire gagner des milliards d’euros hors de son salaire. Il y avait aussi la possibilité de former un trio infernal du côté de l’Illinois avec Rose et Noah. L’énigme des Clippers ou encore l’éventualité de suivre ce vent marin en provenance de South Beach direction Miami.

Les rumeurs couraient sur un départ à Chicago pour essayer de prendre la place de « His Airness » ou de rester à Cleveland pour s’assurer une notoriété d’une réelle superstar dans sa ville de toujours et ainsi ramener le titre dans l’Ohio. « The décision » eut lieu en prime time dans un show télévisée… Miami tira le gros lot et signa LeBron. Les « Three Amigos » étaient nés. Les joueurs s’étaient concertés ensemble au grand damne de David Stern pour jouer ensemble. LeBron, Wade et Bosh formeront la saison prochaine l’un des trios les plus explosifs de l’histoire de la NBA.

Or une équipe ne peut se former seulement que sur trois joueurs, les re-signatures de J.Anthony, U.Haslem, C.Arroyo, J.Jones, J.Howard et les arrivées du shooteur M.Miller et de l’intérieur Z.Iglauskas permettent de créer pour l’instant une liste de joueurs avant de créer un collectif réellement soudés. Ces véritables All Stars auront le monde pour spectateur à chaque sortie pour prouver les complémentarités et faire taire les critiques qui fusent de toutes parts sur le manque de capacité de James d’être le joueur d’une seule équipe et de choisir la facilité. Les « Three Amigos » et notamment James ne se sont pas fait que des amis.

A ce moment là, ils firent oublier toutes les autres équipes qui tentaient vainement de se renforcer malgré la perte de ce trio d’as sur le marché. Chicago et l’étonnant Milwaukee sortirent de leur torpeur, deux équipes qualifiées pour les derniers playoffs avec un parcours combatif et intense. Côté Windy City, le duo Rose- Noah sera complété par l’arrivée des Jazz Boozer, Korver et Brewer. Ce trio en provenance de l’Utah apporte une griffe non négligeable, surtout du poids dans la raquette avec le all star Booz’ et une gâchette à trois points avec l’ex-Sixers Korver, de plus l’éventualité de McGrady pour créer un sérieux rival au monstre floridien. Disposant dorénavant de l’un des effectifs les plus brillant de la ligue, la ville d’origine de Wade pourra compter sur des joueurs tels que Deng, Gibson et F.Murray pour densifier son attaque et permettre de créer une menace de tout bord. L’arrivée de l’assistant coach des Celtics, Tom Thibodeau réputé défensif au poste d’entraîneur en remplacement de Vinny del Negro aura pour effet de permettre au collectif des Bulls d’améliorer sa défense jugée souvent friable.

La franchise du Wisconsin quant à elle, pu s’offrir Maggette, Douglas Roberts, Gooden et Dooling et pu re-signer Salmons en plus des excellents Bogut, Jennings et Ilyasova. Eliminée au premier tour des playoffs mais après une qualification inattendue et respectable, cet effectif pléthorique de joueurs, souvent sous côtés, permettra à l’équipe de M.Redd, toujours leader, de franchir un cap et s’élever notamment au même rang d’équipe comme Cleveland, voir devenir un véritable outsider à l’est.

New York de son côté n’est pas en reste, avec pour politique depuis l’arrivée de Walsh et d’Antoni, d’éviter les dépenses et de se focaliser sur la free agency 2010. La ville chère à F.Sinatra peut s’avérer déçue. Seul l’arrivée d’Amare Stoudemire comme gros poisson peut rassasier l’appétit constant des New Yorkais. En effet, le job que ce dernier c’était donné était de ramener LeBron au Madison Square Garden. Ce dernier étalera son talent à l’American Airlines Arena. Quid des Knicks ‘ L’équipe a manifestement décidé d’opérer un relooking intéressant et réfléchi. Donné pour acquis que le duo Lee-Stoudemire se marcherait dessus, les propriétaires ont fait le pari d’envoyer le premier cité aux Warriors pour obtenir un front court dynamisé et complet. On pensait à M.Ellis, mais c’est R.Turiaf, A.Randolph et K.Azubuike qui apporteront un sacré coup de punch. Turiaf est véritable dynamiseur et bon défenseur, Randolph a l’éclot de manière importante au poste 4 mais peut se décaler et peut être un bon back up, Azubuike est un bon shooteur, joueur classe et sous estimé qui peut s’avérer aussi tranchant valant 14pts aux Warriors et 4 passes. Avec l’addition de joueurs comme House, Gallinari, Giddens, Douglas qui sont d’excellents shooteurs notamment le meneur américain ex-Celtics et l’italien, l’effectif est certes toujours limité en défense mais s’étoffe au niveau offensif et peut poser problème. Le poste de meneur a été valorisé par le sous côté mais travailleur R.Felton qui tentera non pas de remplacer Steeve Nash mais tenter le même type de pick and roll et de jeu léché. Le pivot européen Mozgov apportera sa taille et sa conception du basket outre atlantique avec un temps de jeu restreint. Néanmoins l’aménagement du roster n’est pas terminé, en effet Carmelo Anthony et Chris Paul pourraient se laisser tenter durant l’été 2011 car le joueur de Denver pour le citer n’ayant pas re-signé a des chances de poser ses valises aux Knicks. Concernant le meneur des Hornets, ce dernier s’avérait très intéressé par l’éventualité du trio all star à la manière du Heat et aurait demandé à ses dirigeants de rejoindre trois équipes : les Lakers, Magics et justement New York. Suivant ce raisonnement, peut être que certains joueurs en provenance de Golden State ne s’éterniseront pas du côté de la Grosse Pomme et risquent d’être proposé dans le cadre d’un trade. Le dernier problème reste le cas McGrady qui est toujours sous contrat mais qui peut être échangé ou coupé. Néanmoins selon son témoignage, son été s’avère aussi professionnel et travaillé sur son retour en forme. Il peut apporter quelque chose mais cela reste du conditionnel et peu probable dû a ses entraînements répétés aux Clippers et Bulls.

Coup de projecteur sur le New Jersey où Mikhail Prokhorov, l’actuel propriétaire du club à coup de centaines de millions d’euros, a pour objectif de redorer le blason de ce club au fond du classement avec 12 victoires et 70 défaites lors de la saison 2009-2010 soit l’un des pires classement de l’histoire de la NBA. Dans le même principe que les Knicks, les Nets disposaient d’une marge conséquente et de la manne financière du propriétaire avec une ouverture d’esprit, ou plutôt, du porte-monnaie de ce dernier, pour porter cette équipe vers les sommets. Dans cet optique, tels que les Cav’s, Raptors et Clippers, les Nets ont totalement échoué leur recrutement pour attirer les superstars tels que Wade, Chris Bosh ou LBJ. Jay-Z, actionneur de l’équipe et accessoirement excellent ami de LeBron, a tout fait pour attirer son copain dans le New Jersey pour créer une équipe autour de lui. Mais avec comme fragiles bases, seulement D.Harris, B.Lopez, C.Douglas Roberts (parti d’ailleurs) et C.Lee, le King auraient du repartir à zéro avec pour seule consolation un meilleur salaire et une meilleure projection. A ce moment là, les joueurs restant sur le marché étaient des seconds couteaux. Welcome donc le français Johan Petro remplaçant et bosseur à Denver, Travis Outlaw joueur complémentaire à l’époque des Blazers et plus dans l’ombre chez les Clippers, arrivée également du double vainqueur NBA chez les Lakers, Jordan Farmar, qui est intéressant à trois points et dispose d’une expérience des matches de playoffs, A.Morrow qui valait 13pts de moyenne chez les Warriors avec un gros shoot derrière l’arc. De plus, l’arrivée de D.Favors choisis en 3ème position de la draft 2010 et jouant au même poste que Outlaw, est un rookie prometteur, annoncé avec un avenir radieux. Au final, les Nets, dont la future échéance est le déménagement à Brooklin dans une immense salle, disposent d’un effectif jeune et talentueux mais ont ratés leur été et ont offert des contrats parfois lourds à des joueurs intéressants mais non décisifs.

Dernier coup de microscope sur les franchises des Hawks, Celtics et Magics qui se sont montrées très discrètes. En effet, disposant d’une marge financière moins souple, les Hawks ont obtenu la re-signature de Joe Johnson malgré ses piètres playoffs et sa mise à dos d’une partie du public d’Atlanta. La bande à Garnett, de son côté, mérite une piètre place dans cet article, mais à part l’arrivée de l’éclopé J.O’Neal en provenance de Miami, justement en remplacement de Perkins blessé une partie de la saison, le trio risque de jouer sa dernière saison au très haut niveau. Les perdants des dernières finales NBA disposent d’un effectif de plus en plus vieillissant et trop peu de profondeur de banc, avec un Doc Rivers sur sa dernière année, les Celtics demeurent sur la piste descendante et mise à part un sursaut d’orgueil peu probable, l’effectif s’avère sur le déclin. Pour finir sur l’un des plus beaux effectifs de la ligue et d’ailleurs l’un des plus décevants, les Magics disposent dorénavant de Quentin Richardson pour enflammer la ligne à trois points mais dans le fond ce petit réaménagement de l’effectif n’apporte pas grand-chose et les questions subsistent de l’utilisation de Rashard Lewis et la remis en cause dorénavant de l’apport de Carter dans le roster qui peut détruire un collectif.

Finalement le grand perdant de l’été en plus de New Jersey mais qui peut rêver d’un futur optimiste, s’avère être Cleveland, l’une des équipes les plus excitantes de la Ligue disposant d’une superbe effectif avec des joueurs tels James, O’Neal, Williams, Jamison a subit le fiasco de la finale de conférence et doit dorénavant tenter de trouver un successeur au King. L’effectif reste intéressant entre expérience et jeunesse mais la perte de LBJ et d’Iglauskas sera sûrement suivie de celle du Big Diesel O’Neal. Les Cav’s doivent donc reconstruire mais la déception de Dan Gilbert le propriétaire de la franchise après le départ de sa star est compréhensible et le futur s’avère flou, voir irrémédiablement difficile. A l’effectif de nous faire mentir en proposant un jeu plus homogène, moins dépendant de James pour véritablement faire oublier sa majesté LeBron.

Pour conclure, outre certaines équipes qui tirent leur épingle du jeu, la véritable gagnante de cet été 2010 reste la conférence EST qui peut dorénavant offrir un spectacle beaucoup plus impressionnant, en effet les départs de Boozer, Stoudemire de la cote Ouest et les éventuelles d’arrivées de Anthony et Paul marqueraient le retour au premier plan des équipes mythiques telles New York ou Chicago, en plus d’Orlando, Boston, d’Atlanta et de Miami, voir de Cleveland. Il est fort à parier que tous les regards seront tournés de ces côtés la.

About the Author

Qu'en pensez vous ?

You must be Logged in to post comment.

Toute l'actualité  et infos Basket et NBA

Toute l'information basket-ball et NBA